"L'Union belge de football est intéressée depuis des années par l'évolution du football, certainement liée à la technologie. En accord avec la Pro League, nous avons déposé notre candidature pour tester l'arbitrage vidéo", a ajouté Allaerts. L'arbitrage vidéo ne sera pas reliée avec l'arbitre sur le terrain durant la période d'essais. "C'est l'objectif à long terme, mais provisoirement l'assistance vidéo n'aura pas d'influence sur la rencontre", a expliqué Allaerts. Lors de l'Assemblée générale annuelle de l'IFAB le 5 mars à Cardiff, l'utilisation de l'assistance vidéo figure au sommet de l'ordre du jour. "Avant de pouvoir débuter l'arbitrage vidéo, qui sera en contact avec l'arbitre pendant le match, l'IFAB doit d'abord apporter des précisions. Qui prend les décisions ? Quand et dans quelles circonstances faut-il faire appel à l'assistance vidéo ? Qui prend la responsabilité finale ? L'IFAB doit apporter la clarté sur les domaines déterminés et adapter les règlements avant que nous puissions l'utiliser en direct", a conclu Allaerts. Jusqu'à ce que l'IFAB ne prenne une décision définitive, l'URBSFA, tout comme les Pays-Bas et l'Allemagne, s'est portée candidate à l'expérimentation de l'arbitrage vidéo offline. (Belga)

"L'Union belge de football est intéressée depuis des années par l'évolution du football, certainement liée à la technologie. En accord avec la Pro League, nous avons déposé notre candidature pour tester l'arbitrage vidéo", a ajouté Allaerts. L'arbitrage vidéo ne sera pas reliée avec l'arbitre sur le terrain durant la période d'essais. "C'est l'objectif à long terme, mais provisoirement l'assistance vidéo n'aura pas d'influence sur la rencontre", a expliqué Allaerts. Lors de l'Assemblée générale annuelle de l'IFAB le 5 mars à Cardiff, l'utilisation de l'assistance vidéo figure au sommet de l'ordre du jour. "Avant de pouvoir débuter l'arbitrage vidéo, qui sera en contact avec l'arbitre pendant le match, l'IFAB doit d'abord apporter des précisions. Qui prend les décisions ? Quand et dans quelles circonstances faut-il faire appel à l'assistance vidéo ? Qui prend la responsabilité finale ? L'IFAB doit apporter la clarté sur les domaines déterminés et adapter les règlements avant que nous puissions l'utiliser en direct", a conclu Allaerts. Jusqu'à ce que l'IFAB ne prenne une décision définitive, l'URBSFA, tout comme les Pays-Bas et l'Allemagne, s'est portée candidate à l'expérimentation de l'arbitrage vidéo offline. (Belga)