"Cette lettre d'intention, basée sur le développement du football européen à partir de 2024, démontre que nous voulons avancer unis, que nous renforçons notre collaboration avec l'ECA", a encore ajouté le Slovène de 51 ans, juriste de formation et à la tête de l'UEFA depuis septembre 2016. Agnelli, également président de la Juventus, s'est lui aussi montré très satisfait de cette étape franchie. "En signant cette déclaration d'intention, nous reconnaissons que les futurs défis peuvent être relevés uniquement grâce à la collaboration et à l'engagement constructif de nos deux organisations. Le football européen va continuer à prospérer", a dit le Turinois. L'UEFA et l'ECA ont souligné leur envie de revoir le calendrier international. "Il faut harmoniser le nombre de matches pour les différents clubs européens. En Angleterre, une formation peut jouer 53 rencontres sur une saison contre 43 en Allemagne", a expliqué M. Agnelli. "Je peux assurer que toutes les équipes de tous les pays pourront encore se qualifier pour les compétitions européennes", a ensuite assuré M. Ceferin, soulignant qu'il était "trop tôt que pour partager les détails des discussions". Les deux dirigeants ont une nouvelle fois balayé d'un revers de manche la création d'une Super Ligue européenne à l'horizon 2024. "Il n'en est pas du tout question. Il n'y a pas eu de discussions sérieuses", a dit Ceferin. "Je ne sais rien de tout ça, et j'affirme cela en tant que président de l'ECA et de la Juventus", a ensuite assuré Agnelli, dont le club était pourtant cité parmi les éventuels participants. (Belga)

"Cette lettre d'intention, basée sur le développement du football européen à partir de 2024, démontre que nous voulons avancer unis, que nous renforçons notre collaboration avec l'ECA", a encore ajouté le Slovène de 51 ans, juriste de formation et à la tête de l'UEFA depuis septembre 2016. Agnelli, également président de la Juventus, s'est lui aussi montré très satisfait de cette étape franchie. "En signant cette déclaration d'intention, nous reconnaissons que les futurs défis peuvent être relevés uniquement grâce à la collaboration et à l'engagement constructif de nos deux organisations. Le football européen va continuer à prospérer", a dit le Turinois. L'UEFA et l'ECA ont souligné leur envie de revoir le calendrier international. "Il faut harmoniser le nombre de matches pour les différents clubs européens. En Angleterre, une formation peut jouer 53 rencontres sur une saison contre 43 en Allemagne", a expliqué M. Agnelli. "Je peux assurer que toutes les équipes de tous les pays pourront encore se qualifier pour les compétitions européennes", a ensuite assuré M. Ceferin, soulignant qu'il était "trop tôt que pour partager les détails des discussions". Les deux dirigeants ont une nouvelle fois balayé d'un revers de manche la création d'une Super Ligue européenne à l'horizon 2024. "Il n'en est pas du tout question. Il n'y a pas eu de discussions sérieuses", a dit Ceferin. "Je ne sais rien de tout ça, et j'affirme cela en tant que président de l'ECA et de la Juventus", a ensuite assuré Agnelli, dont le club était pourtant cité parmi les éventuels participants. (Belga)