"Nous avons acté que nous allons travailler avec l'université de Gand pour faire une analyse rétrospective des cinq dernières années, notamment sur les épreuves WorldTour, pour regarder l'origine des chutes et en faire une analyse", a expliqué Lappartient. "Nous proposons que dès la saison 2021, on crée un 'observatoire des chutes'. Le but, c'est que toutes les chutes, dans toutes les courses du calendrier UCI au niveau mondial soient renseignées. Pour chacune d'entre elles, on renseignera comment ça s'est passé, son origine, combien de coureurs touchés, les conséquences... Quelque chose de multicritères. Et en fin d'année, l'objectif est de publier un rapport des chutes. Ce qui nous permettrait de voir si l'évolution est favorable, défavorable, quelles sont les raisons des chutes, comment peut-on agir de manière un peu moins empirique. Aujourd'hui, on n'a aucun élément statistique sur les chutes, et il nous faut ça. Il y aura toujours des chutes, mais essayons de limiter celles qui sont liées à des choses que nous pourrions anticiper par de la signalisation, de l'amélioration du parcours, des choses qui peuvent être mises en place." David Lappartient a confirmé qu'une première réunion s'était tenue mardi avec l'ensemble des acteurs (organisateurs, équipes, coureurs et UCI) au sujet de la sécurité. Philippe Gilbert et l'Italien Matteo Trentin étaient notamment présents. Une prochaine réunion aura lieu le 5 novembre. "Hier nous avons surtout échangé sur les éléments de diagnostics et avons identifié des thématiques, comme le matériel, l'organisation, les procédures, les technologies que l'on peut utiliser ou pas... Et le 5 novembre, nous voulons arriver avec un constat et des propositions concrètes. L'idée est d'avoir certaines mesures en place dès la saison prochaine. Pour d'autres, il faudra plus de temps", a conclu Lappartient. (Belga)

"Nous avons acté que nous allons travailler avec l'université de Gand pour faire une analyse rétrospective des cinq dernières années, notamment sur les épreuves WorldTour, pour regarder l'origine des chutes et en faire une analyse", a expliqué Lappartient. "Nous proposons que dès la saison 2021, on crée un 'observatoire des chutes'. Le but, c'est que toutes les chutes, dans toutes les courses du calendrier UCI au niveau mondial soient renseignées. Pour chacune d'entre elles, on renseignera comment ça s'est passé, son origine, combien de coureurs touchés, les conséquences... Quelque chose de multicritères. Et en fin d'année, l'objectif est de publier un rapport des chutes. Ce qui nous permettrait de voir si l'évolution est favorable, défavorable, quelles sont les raisons des chutes, comment peut-on agir de manière un peu moins empirique. Aujourd'hui, on n'a aucun élément statistique sur les chutes, et il nous faut ça. Il y aura toujours des chutes, mais essayons de limiter celles qui sont liées à des choses que nous pourrions anticiper par de la signalisation, de l'amélioration du parcours, des choses qui peuvent être mises en place." David Lappartient a confirmé qu'une première réunion s'était tenue mardi avec l'ensemble des acteurs (organisateurs, équipes, coureurs et UCI) au sujet de la sécurité. Philippe Gilbert et l'Italien Matteo Trentin étaient notamment présents. Une prochaine réunion aura lieu le 5 novembre. "Hier nous avons surtout échangé sur les éléments de diagnostics et avons identifié des thématiques, comme le matériel, l'organisation, les procédures, les technologies que l'on peut utiliser ou pas... Et le 5 novembre, nous voulons arriver avec un constat et des propositions concrètes. L'idée est d'avoir certaines mesures en place dès la saison prochaine. Pour d'autres, il faudra plus de temps", a conclu Lappartient. (Belga)