L'instance internationale s'est positionnée par voie de communiqué sur la situation vécue par le coureur français d'Arkéa-Samsic. Nacer Bouhanni avait été déclassé à l'arrivée de la classique Cholet-Pays de Loire le 28 mars pour sprint irrégulier après avoir tassé contre les barrières le Britannique Jake Stewart. Le Français encourt une sanction de la part de l'Union cycliste internationale qui a saisi sa commission disciplinaire et a "condamné fermement la conduite dangereuse" de Bouhanni. Depuis lors, celui-ci est victime d'"insultes racistes à répétition" et de "harcèlement" sur les réseaux sociaux, a-t-il dévoilé ces derniers jours. "Quelle que soit la gravité de la faute commise par le coureur français - laquelle a d'ailleurs poussé l'UCI à saisir sa Commission Disciplinaire et à demander l'imposition de sanctions à l'encontre de ce dernier -, rien ne justifie en effet les insultes dont il a été la victime les jours suivant le geste qui lui est reproché", poursuit le communiqué de l'UCI qui "tient à réaffirmer son engagement inconditionnel contre toute forme de discrimination, quels qu'en soient les motifs. Notre Fédération, que ce soit au travers de ses Statuts, de son Code d'éthique ou de ses programmes, défend et promeut au contraire les principes d'inclusion et de respect d'autrui". Des formations du peloton se sont montrées solidaires du coureur français comme l'équipe Total Direct Energie. "À la suite des événements récents, Nacer Bouhanni n'est pas en pleine capacité pour prendre le départ du Grand Prix de l'Escaut", avait aussi communiqué son équipe Arkéa-Samsic mercredi avant le départ de la course. Jake Stewart a aussi réagi sur les réseaux sociaux. "Malgré notre dernier différend, laissez-moi être très clair, je soutiens Nacer Bouhanni. On peut être en accord ou en désaccord sur certaines choses, mais pas sur celle du racisme. Il n'y a pas de place pour le racisme dans ce monde." (Belga)

L'instance internationale s'est positionnée par voie de communiqué sur la situation vécue par le coureur français d'Arkéa-Samsic. Nacer Bouhanni avait été déclassé à l'arrivée de la classique Cholet-Pays de Loire le 28 mars pour sprint irrégulier après avoir tassé contre les barrières le Britannique Jake Stewart. Le Français encourt une sanction de la part de l'Union cycliste internationale qui a saisi sa commission disciplinaire et a "condamné fermement la conduite dangereuse" de Bouhanni. Depuis lors, celui-ci est victime d'"insultes racistes à répétition" et de "harcèlement" sur les réseaux sociaux, a-t-il dévoilé ces derniers jours. "Quelle que soit la gravité de la faute commise par le coureur français - laquelle a d'ailleurs poussé l'UCI à saisir sa Commission Disciplinaire et à demander l'imposition de sanctions à l'encontre de ce dernier -, rien ne justifie en effet les insultes dont il a été la victime les jours suivant le geste qui lui est reproché", poursuit le communiqué de l'UCI qui "tient à réaffirmer son engagement inconditionnel contre toute forme de discrimination, quels qu'en soient les motifs. Notre Fédération, que ce soit au travers de ses Statuts, de son Code d'éthique ou de ses programmes, défend et promeut au contraire les principes d'inclusion et de respect d'autrui". Des formations du peloton se sont montrées solidaires du coureur français comme l'équipe Total Direct Energie. "À la suite des événements récents, Nacer Bouhanni n'est pas en pleine capacité pour prendre le départ du Grand Prix de l'Escaut", avait aussi communiqué son équipe Arkéa-Samsic mercredi avant le départ de la course. Jake Stewart a aussi réagi sur les réseaux sociaux. "Malgré notre dernier différend, laissez-moi être très clair, je soutiens Nacer Bouhanni. On peut être en accord ou en désaccord sur certaines choses, mais pas sur celle du racisme. Il n'y a pas de place pour le racisme dans ce monde." (Belga)