"Le football féminin se porte bien dans notre pays mais il a besoin d'un nouvel élan", a-t-il déclaré. La Belgique compte actuellement près de 40.000 joueuses de football. Pour stimuler davantage son développement, l'Union belge a mis sur pied un ambitieux plan d'action nommé 'The World is at our Feet' (le monde est à nos pieds, ndlr).

"De plus en plus de femmes sont intéressées par le football", a ajouté Bossaert. "Ce n'est plus le petit sport d'il y a quelques années, en témoignent les audiences et les chiffres commerciaux. Le football féminin se développe. En six ans de temps, nous avons doublé le nombre d'affiliées en Belgique et les matches des Red Flames attirent toujours plus de monde. Tout se passe très bien mais il fallait donner une nouvelle impulsion. C'est le moment pour nous et nos partenaires de prendre nos responsabilités. Nous devons saisir les opportunités de développement qui se présentent à nous. La fédération belge en a fait une de ces priorités absolues."

L'investissement de trois millions profitera autant au monde professionnel qu'au reste. L'argent provient d'un nouvel accord avec ING, sponsor principal du foot féminin en Belgique, mais pas que. "Nos autres partenaires font également des efforts supplémentaires", a indiqué Bossaert. Des fonds provenant du Mondial 2018, où les Diables Rouges ont terminé à une historique troisième place, seront également utilisés.

Roberto Martinez et Ives Serneels, respectivement sélectionneur des Diables Rouges et des Red Flames, mais aussi Alexander De Croo, Sven Gatz ou encore Emily Shaw, la chef du département Développement et Gouvernance du Football féminin de la FIFA, étaient présents à ce premier 'Women's Football Summit'.