Après 60 kilomètres disputés à vive allure, l'échappée s'est dessinée avec un groupe de 16 coureurs, dont Dries De Bondt (Alpecin-Fenix), déjà dans le coup la veille, et Victor Campenaerts (Qhubeka-ASSOS). Alors que la pluie faisait son apparition à près de 70 bornes de la ligne, le groupe de tête comptait plus de 9 minutes d'avance dans la descente du Passo della Consuma (17,1 km à 5,7%). Alors que les fuyards avaient course gagnée au sommet du Passo della Calla (15,3 km à 5,4 %), la situation s'est décantée dans la dernière difficulté du jour : le Passo del Carnaio (10,8 km à 5%). En effet, les Italiens Andrea Vendrame (AG2R Citroën) et Gianluca Brambilla (Trek-Segafredo) ainsi que le Néo-Zélandais George Bennett (Jumbo-Visma) et l'Australien Chris Hamilton (DSM) se sont isolés en tête. Aucun membre du quatuor n'est parvenu à faire la différence dans cette dernière bosse. C'est donc groupé qu'il a entamé les 5 derniers kilomètres. Profitant d'un marquage entre Brambilla et Bennett, Vendrame et Hamilton ont creusé un petit écart à 3 km de l'arrivée. Beaucoup plus véloce qu'Hamilton, Vendrame, 26 ans, a écrit la plus belle ligne de son palmarès. Il avait déjà remporté, en 2019, une étape du Circuit Cycliste de la Sarthe et le Tro-Bro Léon. Le début de la journée a été marqué par les abandons d'Alessandro De Marchi (Israel Start Up Nation), porteur du maillot rose pendant deux jours mais victime d'une fracture de la clavicule après une chute jeudi, Marc Soler (Movistar), 11e du général, Gino Mäder (Bahrain-Victorious), vainqueur de la 6e étape, et d'Alex Dowsett (Israel Start Up Nation). La formation belge Deceuninck-Quick Step a aussi perdu un élément, l'Italien Fausta Masnada étant victime d'une tendinite au genou. Comme Lotto Soudal, réduite à quatre coureurs après l'abandon de Kobe Goosens. Après une étape tout plate et sans doute réservée aux sprinteurs vendredi entre Ravenne et Vérone (198 km), le peloton attaquera samedi une étape charnière de ce 104e Giro. En effet, l'arrivée sera jugée au sommet du terrible Monte Zoncolan, long de 13,1 km à 8,9 % de moyenne, avec trois derniers kilomètres à plus de 12 % qui pourraient bouleverser le général. (Belga)

Après 60 kilomètres disputés à vive allure, l'échappée s'est dessinée avec un groupe de 16 coureurs, dont Dries De Bondt (Alpecin-Fenix), déjà dans le coup la veille, et Victor Campenaerts (Qhubeka-ASSOS). Alors que la pluie faisait son apparition à près de 70 bornes de la ligne, le groupe de tête comptait plus de 9 minutes d'avance dans la descente du Passo della Consuma (17,1 km à 5,7%). Alors que les fuyards avaient course gagnée au sommet du Passo della Calla (15,3 km à 5,4 %), la situation s'est décantée dans la dernière difficulté du jour : le Passo del Carnaio (10,8 km à 5%). En effet, les Italiens Andrea Vendrame (AG2R Citroën) et Gianluca Brambilla (Trek-Segafredo) ainsi que le Néo-Zélandais George Bennett (Jumbo-Visma) et l'Australien Chris Hamilton (DSM) se sont isolés en tête. Aucun membre du quatuor n'est parvenu à faire la différence dans cette dernière bosse. C'est donc groupé qu'il a entamé les 5 derniers kilomètres. Profitant d'un marquage entre Brambilla et Bennett, Vendrame et Hamilton ont creusé un petit écart à 3 km de l'arrivée. Beaucoup plus véloce qu'Hamilton, Vendrame, 26 ans, a écrit la plus belle ligne de son palmarès. Il avait déjà remporté, en 2019, une étape du Circuit Cycliste de la Sarthe et le Tro-Bro Léon. Le début de la journée a été marqué par les abandons d'Alessandro De Marchi (Israel Start Up Nation), porteur du maillot rose pendant deux jours mais victime d'une fracture de la clavicule après une chute jeudi, Marc Soler (Movistar), 11e du général, Gino Mäder (Bahrain-Victorious), vainqueur de la 6e étape, et d'Alex Dowsett (Israel Start Up Nation). La formation belge Deceuninck-Quick Step a aussi perdu un élément, l'Italien Fausta Masnada étant victime d'une tendinite au genou. Comme Lotto Soudal, réduite à quatre coureurs après l'abandon de Kobe Goosens. Après une étape tout plate et sans doute réservée aux sprinteurs vendredi entre Ravenne et Vérone (198 km), le peloton attaquera samedi une étape charnière de ce 104e Giro. En effet, l'arrivée sera jugée au sommet du terrible Monte Zoncolan, long de 13,1 km à 8,9 % de moyenne, avec trois derniers kilomètres à plus de 12 % qui pourraient bouleverser le général. (Belga)