"Hazard et De Bruyne sont deux joueurs fondamentaux, qui font pencher la balance et mettent tout le monde en difficulté", a résumé Immobile. "Mais même s'ils ne sont pas là, la Belgique possède les joueurs pour les remplacer. Nous, nous préparons le match comme s'ils étaient là et au meilleur de leur forme." Un autre joueur belge anime les discussions en Italie actuellement: Romelu Lukaku, désigné meilleur joueur de la Serie A au terme du championnat remporté avec l'Inter. "Il possède une force physique dévastatrice, il est rapide. Il a énormément progressé. Le travail avec Conte l'a aidé au niveau de la résistance; car il a toujours eu de la force et de la vitesse. Il m'a l'air aussi d'être un mec bien et un travailleur, et il mérite tous les éloges qu'il reçoit", a expliqué Immobile. Meilleur buteur du championnat italien à trois reprises, Immobile "laisse décider aux journalistes" qui est meilleur entre lui et le Diable Rouge. "On demandera à Simone Inzaghi", a souri le N.17 des 'Azzurri' en référence à l'entraîneur de la Lazio passé à l'Inter Milan. Lundi, l'Euro a connu une grosse surprise avec l'élimination de la France, championne du monde et grande favorite de la compétition. "Ce qui nous a fait plaisir, c'est qu'il est désormais prouvé que cet Euro est difficile. C'est dur de jouer quand tu es supérieur. Le vrai test, c'est toujours le terrain. Nous avons gagné et dominé contre la Suisse (3-0 en phase de groupes, ndlr) en la faisant passer pour une petite équipe. Hier, elle a démontré le contraire." Alors qu'il empile les buts en Serie A, Immobile a eu du mal à devenir un incontournable en équipe nationale, où son compteur indique actuellement 15 buts en 49 apparitions, dont deux dans cet Euro. "L'équipe a besoin de moi, et moi j'ai besoin de l'équipe. Nous allons tous dans la même direction. L'entraîneur me demande un autre travail par rapport à la Lazio, mais cela ne me pèse pas, que du contraire. Avoir manqué quelques buts par le passé, les erreurs commises, le Mondial 2018 manqué peuvent peser. Mais je n'ai jamais senti le soutien et la confiance de tous comme maintenant. Je me sens important, au centre du projet, apprécié. Quand tu ressens cela, tu peux jouer aussi une demi-heure ou quarante minutes, tu donneras le maximum." (Belga)

"Hazard et De Bruyne sont deux joueurs fondamentaux, qui font pencher la balance et mettent tout le monde en difficulté", a résumé Immobile. "Mais même s'ils ne sont pas là, la Belgique possède les joueurs pour les remplacer. Nous, nous préparons le match comme s'ils étaient là et au meilleur de leur forme." Un autre joueur belge anime les discussions en Italie actuellement: Romelu Lukaku, désigné meilleur joueur de la Serie A au terme du championnat remporté avec l'Inter. "Il possède une force physique dévastatrice, il est rapide. Il a énormément progressé. Le travail avec Conte l'a aidé au niveau de la résistance; car il a toujours eu de la force et de la vitesse. Il m'a l'air aussi d'être un mec bien et un travailleur, et il mérite tous les éloges qu'il reçoit", a expliqué Immobile. Meilleur buteur du championnat italien à trois reprises, Immobile "laisse décider aux journalistes" qui est meilleur entre lui et le Diable Rouge. "On demandera à Simone Inzaghi", a souri le N.17 des 'Azzurri' en référence à l'entraîneur de la Lazio passé à l'Inter Milan. Lundi, l'Euro a connu une grosse surprise avec l'élimination de la France, championne du monde et grande favorite de la compétition. "Ce qui nous a fait plaisir, c'est qu'il est désormais prouvé que cet Euro est difficile. C'est dur de jouer quand tu es supérieur. Le vrai test, c'est toujours le terrain. Nous avons gagné et dominé contre la Suisse (3-0 en phase de groupes, ndlr) en la faisant passer pour une petite équipe. Hier, elle a démontré le contraire." Alors qu'il empile les buts en Serie A, Immobile a eu du mal à devenir un incontournable en équipe nationale, où son compteur indique actuellement 15 buts en 49 apparitions, dont deux dans cet Euro. "L'équipe a besoin de moi, et moi j'ai besoin de l'équipe. Nous allons tous dans la même direction. L'entraîneur me demande un autre travail par rapport à la Lazio, mais cela ne me pèse pas, que du contraire. Avoir manqué quelques buts par le passé, les erreurs commises, le Mondial 2018 manqué peuvent peser. Mais je n'ai jamais senti le soutien et la confiance de tous comme maintenant. Je me sens important, au centre du projet, apprécié. Quand tu ressens cela, tu peux jouer aussi une demi-heure ou quarante minutes, tu donneras le maximum." (Belga)