Le milieu de terrain de Krasnodar s'est présenté mercredi après-midi pour un interrogatoire devant la police russe, qui avait menacé de lancer un mandat d'arrêt contre les deux joueurs restés invisibles pendant un jour et demi après ces agressions. "Pavel Mamaev a été placé en détention pour 48 heures comme le prévoit le code pénal", a annoncé la porte-parole du ministère russe de l'Intérieur Irina Volk, citée dans un communiqué, précisant que le milieu de terrain de Krasnodar est suspecté de "hooliganisme", crime pour lequel il risque jusqu'à cinq ans de prison. Alexander Kokorin a pour sa part manqué l'heure limite de 18h00 fixée par les forces de l'ordre, mais la police a ensuite confirmé qu'il avait rencontré les enquêteurs. Les deux joueurs sont entrés par une porte dérobée dans les locaux de la police, échappant aux regards des journalistes. La Première Ligue russe (RPL) a réclamé mercredi une suspension à vie, sur le territoire russe, pour les internationaux Pavel Mamaev et Alexander Kokorin, dont la virée nocturne qui s'est achevée dans la violence lundi continue d'agiter la chronique en Russie. Le milieu de Krasnodar Pavel Mamaev et l'attaquant du Zenit Saint-Pétersbourg Alexander Kokorin s'étaient notamment attaqués à un haut fonctionnaire du ministère russe du Commerce dans un café du centre-ville de la capitale russe. La gravité des faits est renforcée par les insultes racistes que les deux joueurs auraient lancé à Denis Pak, d'origine coréenne, selon les déclarations de son avocat Guennadi Oudounian. L'affaire est remontée jusqu'au Kremlin dont le porte-parole, Dmitri Peskov, a dit mardi avoir visionné ces "images assez désagréables". Krasnodar a promis de mettre fin au contrat de Mamaev, assurant qu'il recevrait "toutes les sanctions possibles", tandis que le Zenit Saint-Pétersbourg s'est dit "dégoûté" par le comportement d'Alexander Kokorin. Pavel Mamaev et Alexander Kokorin n'en sont pas à leur première polémique. En juillet 2016, la très arrosée et très chère soirée d'anniversaire qu'ils avaient organisée dans une boîte de nuit de Monaco, quelques jours après la piteuse élimination de la Russie de l'Euro 2016, leur avait valu une suspension. Depuis, Mamaev (15 sélections) n'avait jamais retrouvé l'équipe nationale à la différence de Kokorin (48 sélections, 12 buts), auteur d'une très bonne saison 2017-2018, mais contraint de renoncer à la Coupe du monde cet été en Russie à cause d'une blessure à un genou. (Belga)

Le milieu de terrain de Krasnodar s'est présenté mercredi après-midi pour un interrogatoire devant la police russe, qui avait menacé de lancer un mandat d'arrêt contre les deux joueurs restés invisibles pendant un jour et demi après ces agressions. "Pavel Mamaev a été placé en détention pour 48 heures comme le prévoit le code pénal", a annoncé la porte-parole du ministère russe de l'Intérieur Irina Volk, citée dans un communiqué, précisant que le milieu de terrain de Krasnodar est suspecté de "hooliganisme", crime pour lequel il risque jusqu'à cinq ans de prison. Alexander Kokorin a pour sa part manqué l'heure limite de 18h00 fixée par les forces de l'ordre, mais la police a ensuite confirmé qu'il avait rencontré les enquêteurs. Les deux joueurs sont entrés par une porte dérobée dans les locaux de la police, échappant aux regards des journalistes. La Première Ligue russe (RPL) a réclamé mercredi une suspension à vie, sur le territoire russe, pour les internationaux Pavel Mamaev et Alexander Kokorin, dont la virée nocturne qui s'est achevée dans la violence lundi continue d'agiter la chronique en Russie. Le milieu de Krasnodar Pavel Mamaev et l'attaquant du Zenit Saint-Pétersbourg Alexander Kokorin s'étaient notamment attaqués à un haut fonctionnaire du ministère russe du Commerce dans un café du centre-ville de la capitale russe. La gravité des faits est renforcée par les insultes racistes que les deux joueurs auraient lancé à Denis Pak, d'origine coréenne, selon les déclarations de son avocat Guennadi Oudounian. L'affaire est remontée jusqu'au Kremlin dont le porte-parole, Dmitri Peskov, a dit mardi avoir visionné ces "images assez désagréables". Krasnodar a promis de mettre fin au contrat de Mamaev, assurant qu'il recevrait "toutes les sanctions possibles", tandis que le Zenit Saint-Pétersbourg s'est dit "dégoûté" par le comportement d'Alexander Kokorin. Pavel Mamaev et Alexander Kokorin n'en sont pas à leur première polémique. En juillet 2016, la très arrosée et très chère soirée d'anniversaire qu'ils avaient organisée dans une boîte de nuit de Monaco, quelques jours après la piteuse élimination de la Russie de l'Euro 2016, leur avait valu une suspension. Depuis, Mamaev (15 sélections) n'avait jamais retrouvé l'équipe nationale à la différence de Kokorin (48 sélections, 12 buts), auteur d'une très bonne saison 2017-2018, mais contraint de renoncer à la Coupe du monde cet été en Russie à cause d'une blessure à un genou. (Belga)