Cette modification de la Règle 12 doit être ajoutée aux lois du jeu en juillet et doit venir tirer un trait sur de trop nombreuses polémiques sur des penalties accordés depuis la précédente modification en 2019. L'IFAB a d'ailleurs reconnu que "l'interprétation des incidents liés aux mains n'a pas toujours été cohérente en raison d'une application incorrecte" de la règle. L'instance a précisé que "tout contact de la main ou du bras d'un joueur avec le ballon ne constitue pas une faute", invitant les arbitres à "user de leur jugement" plutôt que de siffler systématiquement. Il leur faut notamment apprécier si un joueur "a augmenté la surface de son corps" en écartant son bras ou sa main, d'une manière "non justifiée par le mouvement du corps dans une situation spécifique", un critère particulièrement complexe. Jeudi soir, cette règle a notamment provoqué des remous lors du quart de finale de la Coupe de Belgique entre le Standard et le Club de Bruges, finalement remporté par les Rouches (1-0). Simon Mignolet, monté dans la surface liégeoise pour arracher l'égalisation, a cru participer au but des siens dans les arrêts de jeu mais l'arbitre a finalement annulé le but pour une faute de main après l'avoir un instant accordé. (Belga)

Cette modification de la Règle 12 doit être ajoutée aux lois du jeu en juillet et doit venir tirer un trait sur de trop nombreuses polémiques sur des penalties accordés depuis la précédente modification en 2019. L'IFAB a d'ailleurs reconnu que "l'interprétation des incidents liés aux mains n'a pas toujours été cohérente en raison d'une application incorrecte" de la règle. L'instance a précisé que "tout contact de la main ou du bras d'un joueur avec le ballon ne constitue pas une faute", invitant les arbitres à "user de leur jugement" plutôt que de siffler systématiquement. Il leur faut notamment apprécier si un joueur "a augmenté la surface de son corps" en écartant son bras ou sa main, d'une manière "non justifiée par le mouvement du corps dans une situation spécifique", un critère particulièrement complexe. Jeudi soir, cette règle a notamment provoqué des remous lors du quart de finale de la Coupe de Belgique entre le Standard et le Club de Bruges, finalement remporté par les Rouches (1-0). Simon Mignolet, monté dans la surface liégeoise pour arracher l'égalisation, a cru participer au but des siens dans les arrêts de jeu mais l'arbitre a finalement annulé le but pour une faute de main après l'avoir un instant accordé. (Belga)