"Il n'y a en effet pas de favori dans ce genre de match, même si le coach du Sporting dit que c'est nous. Les précédents duels remportés par Olympiacos contre Anderlecht (0-3, et 3-1) en Ligue des Champions font certes partie des belles pages de l'histoire de notre club mais cela s'arrête là. On ne peut pas en déduire la moindre tendance crédible plus de deux ans après (c'était en décembre 2013, ndlr). Chacun entame ce nouveau choc avec les mêmes chances, et aucun de mes joueurs ne s'imagine que ces deux victoires nous donnent un quelconque avantage. Cela n'a aujourd'hui plus aucune importance. Maintenant que les choses soient claires. On vient ici pour gagner parce que dans ce cas, plus de la moitié du chemin serait déjà parcouru. Je ne dis pas que le match retour ne serait plus qu'une formalité parce que je respecte beaucoup cette équipe d'Anderlecht, mais cela rendrait quand même les choses plus faciles. Autant faire déjà le travail et se mettre à l'abri dès jeudi. On a prouvé notre valeur en phase de poules de la Ligue des Champions et il faut maintenant poursuivre sur la lancée, même si le contexte est évidemment différent. On ne joue plus pour des points mais pour la qualification directe. Je connais la valeur d'Anderlecht et en particulier de Steven Defour et de Filip Djuricic qui ont évolué en championnat du Portugal. Ce sont des joueurs de grande classe et ils ne sont pas les seuls. Je sais aussi que notre adversaire ne perd pratiquement jamais à domicile, mais je veux quand même gagner ce match", conclut Marco Silva. (Belga)

"Il n'y a en effet pas de favori dans ce genre de match, même si le coach du Sporting dit que c'est nous. Les précédents duels remportés par Olympiacos contre Anderlecht (0-3, et 3-1) en Ligue des Champions font certes partie des belles pages de l'histoire de notre club mais cela s'arrête là. On ne peut pas en déduire la moindre tendance crédible plus de deux ans après (c'était en décembre 2013, ndlr). Chacun entame ce nouveau choc avec les mêmes chances, et aucun de mes joueurs ne s'imagine que ces deux victoires nous donnent un quelconque avantage. Cela n'a aujourd'hui plus aucune importance. Maintenant que les choses soient claires. On vient ici pour gagner parce que dans ce cas, plus de la moitié du chemin serait déjà parcouru. Je ne dis pas que le match retour ne serait plus qu'une formalité parce que je respecte beaucoup cette équipe d'Anderlecht, mais cela rendrait quand même les choses plus faciles. Autant faire déjà le travail et se mettre à l'abri dès jeudi. On a prouvé notre valeur en phase de poules de la Ligue des Champions et il faut maintenant poursuivre sur la lancée, même si le contexte est évidemment différent. On ne joue plus pour des points mais pour la qualification directe. Je connais la valeur d'Anderlecht et en particulier de Steven Defour et de Filip Djuricic qui ont évolué en championnat du Portugal. Ce sont des joueurs de grande classe et ils ne sont pas les seuls. Je sais aussi que notre adversaire ne perd pratiquement jamais à domicile, mais je veux quand même gagner ce match", conclut Marco Silva. (Belga)