Dario Gjergja "respecte la décision" de son capitaine, mais "prévoit des problèmes", tant l'influence de son arrière est forte. La Belgique est au-devant d'une période chargée avec les rencontres de qualifications pour la Coupe du monde 2023 et la phase finale de l'Euro en septembre. L'absence de Sam Van Rossom risque d'avoir de grandes conséquences. Pour prolonger à Valence une saison de plus, Sam Van Rossom s'est plié à des conditions renonçant à l'équipe nationale. Une attitude du club espagnol que regrette Gjergja. "Sam ne voulait pas cela. On lui a un peu forcé la main. Nous aurions peut-être trouvé une solution. Nous sommes intelligents assez pour envisager d'alléger les charges de travail, mais son club n'a pas voulu en discuter. D'un autre côté, je comprends en partie et je soutiens totalement Sam. Cela n'aurait pas été fair play de ne pas le suivre dans sa décision. Il a fait tellement pour le basket belge. Il mérite de prendre cette décision et qu'on l'assume". Dario Gjegja ne tarit pas d'éloges envers le Gantois qui aura passé 18 ans en équipe nationale. "Sam est un exemple pour les jeunes, par son leadership, son éthique de travail, tout ce qu'il transmet en dehors des parquets. Ces grands moments vont nous manquer", a concédé le sélectionneur des Lions qui estime que cela va porter un coup dur à l'équipe nationale. "Nous nous préparions à un avenir sans Sam, mais dans deux ou trois ans, pas maintenant. Nous comptions sur lui à l'Euro, mais là on est en problème. Cela dit, il est clair que si la situation devait évoluer, il serait évidemment tout de suite le bienvenu." (Belga)

Dario Gjergja "respecte la décision" de son capitaine, mais "prévoit des problèmes", tant l'influence de son arrière est forte. La Belgique est au-devant d'une période chargée avec les rencontres de qualifications pour la Coupe du monde 2023 et la phase finale de l'Euro en septembre. L'absence de Sam Van Rossom risque d'avoir de grandes conséquences. Pour prolonger à Valence une saison de plus, Sam Van Rossom s'est plié à des conditions renonçant à l'équipe nationale. Une attitude du club espagnol que regrette Gjergja. "Sam ne voulait pas cela. On lui a un peu forcé la main. Nous aurions peut-être trouvé une solution. Nous sommes intelligents assez pour envisager d'alléger les charges de travail, mais son club n'a pas voulu en discuter. D'un autre côté, je comprends en partie et je soutiens totalement Sam. Cela n'aurait pas été fair play de ne pas le suivre dans sa décision. Il a fait tellement pour le basket belge. Il mérite de prendre cette décision et qu'on l'assume". Dario Gjegja ne tarit pas d'éloges envers le Gantois qui aura passé 18 ans en équipe nationale. "Sam est un exemple pour les jeunes, par son leadership, son éthique de travail, tout ce qu'il transmet en dehors des parquets. Ces grands moments vont nous manquer", a concédé le sélectionneur des Lions qui estime que cela va porter un coup dur à l'équipe nationale. "Nous nous préparions à un avenir sans Sam, mais dans deux ou trois ans, pas maintenant. Nous comptions sur lui à l'Euro, mais là on est en problème. Cela dit, il est clair que si la situation devait évoluer, il serait évidemment tout de suite le bienvenu." (Belga)