Le Board, qui a tiré en janvier un bilan "très positif et encourageant" des expérimentations menées et analysées par la KU Leuven, a donc avalisé la présence du VAR au Mondial 2018. Le corps arbitral aura donc trois mois et demi pour huiler la communication entre les assistants vidéo et l'arbitre central en vue de la compétition. La vidéo a été testée depuis deux ans dans 20 compétitions, internationales comme la Coupe des Confédérations, et dans des championnats comme la Jupiler Pro League, la Bundesliga allemande et la Serie A italienne. Elle a suscité des réactions diverses, entre thuriféraires, opposants farouches et dubitatifs. Pour rappel, le VAR ne peut être utilisé que dans quatre situations de jeu: après un but marqué, sur une situation de penalty, pour un carton rouge direct ou pour corriger une erreur sur l'identité d'un joueur sanctionné. (Belga)

Le Board, qui a tiré en janvier un bilan "très positif et encourageant" des expérimentations menées et analysées par la KU Leuven, a donc avalisé la présence du VAR au Mondial 2018. Le corps arbitral aura donc trois mois et demi pour huiler la communication entre les assistants vidéo et l'arbitre central en vue de la compétition. La vidéo a été testée depuis deux ans dans 20 compétitions, internationales comme la Coupe des Confédérations, et dans des championnats comme la Jupiler Pro League, la Bundesliga allemande et la Serie A italienne. Elle a suscité des réactions diverses, entre thuriféraires, opposants farouches et dubitatifs. Pour rappel, le VAR ne peut être utilisé que dans quatre situations de jeu: après un but marqué, sur une situation de penalty, pour un carton rouge direct ou pour corriger une erreur sur l'identité d'un joueur sanctionné. (Belga)