Deux chocs avaient lieu dimanche avec Antwerp-Club Bruges et Genk-La Gantoise. Ce que je retiens du premier, c'est évidemment la première défaite cette saison du leader brugeois. Que celle-ci n'intervienne qu'au bout de 14 matches est remarquable en soi. Sur base de la première mi-temps, Bruges n'aurait néanmoins pas dû perdre, les Anversois n'étaient pas au niveau. Seulement le Club n'était plus nulle part au retour des vestiaires. On n'a plus vu le Bruges dominateur habituel.

À l'Antwerp, Laszlo Bölöni était sous pression. Lors des huit matches précédents, les Anversois avaient mené au score avant de, trop souvent, perdre des plumes. Ici, c'est l'inverse qui s'est produit. Les Anversois ont fait preuve d'une excellente mentalité. Ils ont prouvé qu'ils avaient encore confiance en leur coach en se montrant agressifs et volontaires. Comme souvent, Didier Lamkel Ze a fait très mal à la défense adverse. En première mi-temps, Odilon Kossounou lui a été supérieur mais le Camerounais l'a dominé en seconde période.

La faute du Brugeois sur le penalty n'était pas nécessaire et sur le deuxième but, il s'est fait manger par Lamkel Ze. Aussi impressionnant soit ce dernier, il a encore écopé d'une carte jaune ridicule. C'est déjà sa cinquième. C'est dommage mais l'Antwerp doit l'accepter. Ce genre de bêtise n'est pas comparable au cas de Mbaye Diagne à Bruges. Là, on parle d'un remplaçant qui s'adjuge un penalty au détriment d'un titulaire indiscutable et le rate. Ici, Lamkel Ze ne peut pas vraiment être puni, l'Antwerp a trop besoin de lui.

En tout cas, bravo à Bölöni. Je pense que Luciano D'Onofrio va le soutenir jusqu'au bout. Du moins tant qu'il conserve le contrôle sur son vestiaire, ce qui semble être toujours le cas. Maintenant, si l'Antwerp a des ambitions, il va falloir qu'il trouve un équilibre entre l'agressivité nécessaire et un jeu où son équipe contrôle plus le ballon. À ce niveau, Koji Miyoshi n'a pas été mauvais mais il doit encore évoluer pour réellement remplacer Lior Refaelov.

J'espère aussi que les supporters du Great Old vont arrêter leurs bêtises. Ce genre de comportement est dommage pour un club qui veut faire partie des grands. Ce n'était en tout cas pas un mauvais match et j'estime que l'Antwerp a les qualités pour viser plus haut qu'une simple qualification en PO1. Quant au Club, la trêve internationale va lui faire du bien : un peu de repos n'est pas de trop.

"Mazzù n'est pas le seul responsable de la situation."

À Genk, la pression montait depuis un bon moment. À Liverpool, les joueurs ont tout fait pour sauver la peau de Felice Mazzù. L'envie était là et ils auraient même pu arracher un point. C'était positif mais la direction l'avait annoncé : le match contre La Gantoise était le plus important. Là, Genk s'est une nouvelle fois incliné. C'est déjà la sixième défaite en quatorze rencontres : c'est beaucoup. Pour moi, Mazzù n'est cependant pas le seul responsable de la situation. Même si on voit qu'il est toujours en train de chercher, de faire des essais.

Face à Gand, il a reconduit le système qu'il avait utilisé en Champions League avant de changer de fusil d'épaule deux fois en cours de match et le timing des buts encaissés, au début de chaque mi-temps, était catastrophique. À l'heure d'écrire ces lignes, je ne sais pas ce qu'il est advenu du sort de l'ancien coach carolo mais je crains que ça ne sente la fin et que La Gantoise lui ait donné le coup de grâce. Le football, comme tous les sports de haut niveau, se joue avant tout dans la tête et les hommes de Jess Thorup sont en pleine confiance. La victoire d'il y a dix jours contre le Standard plus celle en Europa League à Wolfsburg les a boostés et ils sont enfin parvenus à prendre trois points en déplacement.