C'était en tout cas plus vrai que jamais samedi. A peine installé à la 5e place grâce à sa victoire par le plus petit écart, 1-0, dans le derby wallon contre Mouscron, Charleroi (18 points) se retrouva en effet tout de suite sous la menace de l'Antwerp (17 points), de Genk et de Zulte-Waregem (16 points), qui jouaient respectivement un peu plus tard contre Courtrai, le Cercle de Bruges et Ostende...

Un scénario qui ne permit pas pour autant aux spectateurs du Stade Arc-en-Ciel de beaucoup vibrer, en première mi-temps (0-0) du moins. Au Bosuil ceux qui s'étaient endormis furent toutefois réveillés en toute fin de période par un coup de sifflet de l'arbitre Alexandre Boucaut. Celui-ci accorda en effet un penalty à Dieumerci Mbokani, qui s'était retrouvé à terre après un corner pour l'Antwerp. A cause d'une poussée de Vladimir Kovacecic, selon le directeur de la partie. Ce qui permit d'assister à un événement historique, Kevin Mirallas marquant en effet le premier goal de sa carrière en championnat de Belgique (1-0, 45e) On signalera que Courtrai aurait auparavant pu ouvrir le score à la 26e. Mais le missile d'Ilombe Mboyo s'était écrasé sur un poteau. Bref le score à la mi-temps ne résultait pas vraiment du déroulement du match, mais plutôt d'aléas, comme souvent en sport, et plus particulièrement en football. Didier Lamkel Zé allait toutefois réconcilier tout le monde avec le sport roi, excepté peut-être les gens venus de Courtrai, en inscrivant un bijou de deuxième but à la 52e. Servi par Manuel Benson, le Camerounais arma en effet du gauche en direction de l'angle du but, et le trouva (2-0), Sébastien Bruzzese ne pouvant esquisser le moindre geste. Et un, et deux, et trois-zéro par Ivo Rodrigues, qui venait de remplacer Benson, à la 65e. L'Antwerp sortait finalement par la grande porte de la crise (2 points sur neuf), mais sans clean sheet, Jovan Stojanovic ayant réduit l'écart à la 71e minute (3-1). Et à Zulte Waregem ? Rien à signaler. En tout cas jusqu'à la 80e minute, et ce coup-franc de Gideon Mensah repris victorieusement de la tête par Ibrahima Seck (1-0). Puis 2-0 à la 87e, par Gianni Bruno, après un débordement de Cyle Larin, et un contrôle manqué d'Omar Govea. La preuve qu'il ne faut pas nécessairement bien jouer pour gagner...