Même si à l'image de son confrère Joost Everaert qui défend lui les intérêts de Malines en tant que club, dans ce procès, il a commencé par s'en prendre à la procédure. "Condamner Monsieur Timmermans à dix ans de suspension, comme l'a requis le procureur fédéral, sur la base des trente-cinq pièces remises par la justice à la commission d'enquête, plutôt que d'autres, pour on ne sait quelles raisons, constituerait tout simplement une flagrante violation des droits de mon client", a-t-il en effet déclaré. Mais à l'inverse d'Everaert, il a quand même évoqué concrètement les conversations téléphoniques de Johan Timmermans avec l'ancien directeur financier Thierry Steemans, et avec le CEO de Mouscron Paul Allaerts, la semaine précédant le match contre Waasland-Beveren, rapportées dans le dossier. "Ce qui s'est dit entre lui et Steemans était banal", a-t-il ainsi affirmé. "Il était même davantage question de travaux de construction que de football. Ils ont notamment évoqué l'ambiance au sein du groupe des joueurs de Waasland-Beveren, mais c'était tout à fait inoffensif. Il est quand même normal que le président d'un club menacé de relégation s'informe de l'état d'esprit dans les rangs du prochain adversaire. En ce qui concerne les échanges avec Allaerts, je ne dois pas vous rappeler que les deux hommes se connaissent depuis des années. Mon client lui a seulement demandé si les joueurs de Mouscron allaient remplir leur devoir de professionnels à Eupen. Peut-être que ce n'était pas sage, mais est-ce tellement grave? Et surtout s'agit-il d'une tentative de fausser une rencontre de championnat", a interrogé Maître Waeterinckx. Le dossier rapporte aussi que Timmermans s'est entretenu avec le CEO de Waasland-Beveren Olivier Swolfs, le jour du match. "Mon client lui a déclaré qu'il était sûr à 300 % que tout allait bien se passer. Aucun président de club n'aurait dit le contraire, dans le même contexte. De tels propos n'ont donc absolument rien de surprenant..." A la fin Johan Timmermans en personne, a brièvement pris la parole pour dire qu'il souscrivait pleinement aux déclarations de son conseil, et réfutait toutes les accusations portées contre lui. (Belga)