Il y a des raisons d'être inquiet au Standard. Seize buts encaissés après sept journées, le contraste est terrible avec la saison passée quand Eiji Kawashima ne se retournait quasiment jamais. Il y a un an, Guy Luzon surfait sur l'équipe mise en place par Mircea Rednic. Le coach israélien était dans un fauteuil d'autant que plusieurs joueurs cadres étaient restés grâce à un contrat revalorisé, sans oublier les apports de Mehdi Carcela ou Igor De Camargo.

Il y a un an, Luzon surfait sur l'équipe mise en place par Mircea Rednic

Aujourd'hui, tout est chamboulé. Plusieurs joueurs clefs sont partis et l'organisation a volé en éclat. Pour preuve, les douze buts concédés face à Westerlo, Mouscron et Ostende, des chiffres totalement indignes d'un club comme le Standard. En voyant ces matches, on peut se demander si Luzon analyse son adversaire tant les erreurs sont nombreuses. La défense n'est pas le seul secteur à être pointé du doigt même s'il manque un arrière droit et que Dino Arslanagic est en méforme. C'est davantage le milieu qui m'inquiète. L'absence d'équilibre est frappante : Ricardo Faty ne me semble avoir le profil d'un William Vainqueur et Adrien Trebel est un joueur de combinaison qui n'a pas le volume de son compatriote parti au Dynamo Moscou. N'oublions pas non plus le départ de Yoni Buyens, un habitué de notre championnat, souvent dans les bons coups offensifs. Au-delà des arrivés nombreuses qui doivent légitiment encore trouver leurs marques, j'en reviens à un sérieux problème d'organisation. La saison dernière, le Standard s'est longtemps reposé sur le talent individuel de ses joueurs et la verticalité de ses deux flèches Imoh Ezekiel et Michy Batshuayi. Igor De Camargo peut être utile, à sa façon, mais il manque clairement de pénétration pour permettre de recopier le schéma de l'an dernier. Geoffrey Mujangi Bia et Mehdi Carcela sont capables d'apporter un peu de folie et de surgir de la deuxième ligne mais les deux joueurs sont trop souvent hors forme ces derniers temps.

Je comprends difficilement la politique du club. Roland Duchâtelet n'a plus, du moins publiquement, de conseiller sportif à ses côtés afin de tracer une ligne de conduite. Les transferts en masse sont arrivés bien trop tardivement pour permettre un certain équilibre. Le Standard doit impérativement se ressaisir ce jeudiface à Rijeka au risque de voir les cicatrices entrouvertes des dernières semaines se refermer très difficilement. Le public a déjà affiché face à Ostende son désarroi. Sans un sursaut, le Standard pourrait être plongé dans une crise très profonde. Le Standard doit redevenir une équipe solide, Luzon doit montrer qu'il ala carrure pour coacher un club comme le Standard même si j'ai de gros doutes sur ce dernier point. Déjà en fin de saison régulière et lors des play-offs, je l'avais trouvé peu inspiré. Espérons qu'il me contredise. Sans quoi son futur en Rouche risque d'être écourté.

Il y a des raisons d'être inquiet au Standard. Seize buts encaissés après sept journées, le contraste est terrible avec la saison passée quand Eiji Kawashima ne se retournait quasiment jamais. Il y a un an, Guy Luzon surfait sur l'équipe mise en place par Mircea Rednic. Le coach israélien était dans un fauteuil d'autant que plusieurs joueurs cadres étaient restés grâce à un contrat revalorisé, sans oublier les apports de Mehdi Carcela ou Igor De Camargo.Aujourd'hui, tout est chamboulé. Plusieurs joueurs clefs sont partis et l'organisation a volé en éclat. Pour preuve, les douze buts concédés face à Westerlo, Mouscron et Ostende, des chiffres totalement indignes d'un club comme le Standard. En voyant ces matches, on peut se demander si Luzon analyse son adversaire tant les erreurs sont nombreuses. La défense n'est pas le seul secteur à être pointé du doigt même s'il manque un arrière droit et que Dino Arslanagic est en méforme. C'est davantage le milieu qui m'inquiète. L'absence d'équilibre est frappante : Ricardo Faty ne me semble avoir le profil d'un William Vainqueur et Adrien Trebel est un joueur de combinaison qui n'a pas le volume de son compatriote parti au Dynamo Moscou. N'oublions pas non plus le départ de Yoni Buyens, un habitué de notre championnat, souvent dans les bons coups offensifs. Au-delà des arrivés nombreuses qui doivent légitiment encore trouver leurs marques, j'en reviens à un sérieux problème d'organisation. La saison dernière, le Standard s'est longtemps reposé sur le talent individuel de ses joueurs et la verticalité de ses deux flèches Imoh Ezekiel et Michy Batshuayi. Igor De Camargo peut être utile, à sa façon, mais il manque clairement de pénétration pour permettre de recopier le schéma de l'an dernier. Geoffrey Mujangi Bia et Mehdi Carcela sont capables d'apporter un peu de folie et de surgir de la deuxième ligne mais les deux joueurs sont trop souvent hors forme ces derniers temps.Je comprends difficilement la politique du club. Roland Duchâtelet n'a plus, du moins publiquement, de conseiller sportif à ses côtés afin de tracer une ligne de conduite. Les transferts en masse sont arrivés bien trop tardivement pour permettre un certain équilibre. Le Standard doit impérativement se ressaisir ce jeudiface à Rijeka au risque de voir les cicatrices entrouvertes des dernières semaines se refermer très difficilement. Le public a déjà affiché face à Ostende son désarroi. Sans un sursaut, le Standard pourrait être plongé dans une crise très profonde. Le Standard doit redevenir une équipe solide, Luzon doit montrer qu'il ala carrure pour coacher un club comme le Standard même si j'ai de gros doutes sur ce dernier point. Déjà en fin de saison régulière et lors des play-offs, je l'avais trouvé peu inspiré. Espérons qu'il me contredise. Sans quoi son futur en Rouche risque d'être écourté.