Lors des Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi en 2014, la Russie avait échangé de nombreux échantillons dans le laboratoire officiel pour masquer les pratiques de dopage. Les JO de Pékin seront eux les premiers à utiliser la technique du sang séché qui consiste à prélever du sang au bout du doigt ou sur l'épaule de l'athlète et le faire sécher sur du papier. "Il s'agit d'une nouvelle technique qui favorise l'efficacité de la lutte contre le dopage", a précisé Olivier Niggli. "Elle facilite le prélèvement d'échantillons de sang et il faut moins de sang pour cela. Ces échantillons sont également plus faciles à transporter, moins coûteux et plus faciles à stocker. Cette technique complètera ce qui existe déjà et nous serons en mesure de dépister davantage d'athlètes." Niggli a également précisé que plus de 100.000 tests supplémentaires ont été réalisés en 2021 par rapport à l'année précédente. Avec 274.254 tests, les chiffres de 2021 reviennent à un niveau d'avant la crise sanitaire. En 2019, 305.811 échantillons avaient été récoltés. Witold Banka, le président de l'AMA, s'est lui exprimé sur la suspension de la Russie dont les athlètes concourront encore sous bannière neutre à Pékin. "Les règles sont claires et même la Russie doit s'y plier", a-t-il précisé. "Ils le font pour le moment et nous sommes en contact étroit avec eux. Ils suivent strictement nos règles et c'est un processus qui est encore en cours. Nous déciderons plus tard dans l'année quand nous pourrons lever les sanctions." (Belga)

Lors des Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi en 2014, la Russie avait échangé de nombreux échantillons dans le laboratoire officiel pour masquer les pratiques de dopage. Les JO de Pékin seront eux les premiers à utiliser la technique du sang séché qui consiste à prélever du sang au bout du doigt ou sur l'épaule de l'athlète et le faire sécher sur du papier. "Il s'agit d'une nouvelle technique qui favorise l'efficacité de la lutte contre le dopage", a précisé Olivier Niggli. "Elle facilite le prélèvement d'échantillons de sang et il faut moins de sang pour cela. Ces échantillons sont également plus faciles à transporter, moins coûteux et plus faciles à stocker. Cette technique complètera ce qui existe déjà et nous serons en mesure de dépister davantage d'athlètes." Niggli a également précisé que plus de 100.000 tests supplémentaires ont été réalisés en 2021 par rapport à l'année précédente. Avec 274.254 tests, les chiffres de 2021 reviennent à un niveau d'avant la crise sanitaire. En 2019, 305.811 échantillons avaient été récoltés. Witold Banka, le président de l'AMA, s'est lui exprimé sur la suspension de la Russie dont les athlètes concourront encore sous bannière neutre à Pékin. "Les règles sont claires et même la Russie doit s'y plier", a-t-il précisé. "Ils le font pour le moment et nous sommes en contact étroit avec eux. Ils suivent strictement nos règles et c'est un processus qui est encore en cours. Nous déciderons plus tard dans l'année quand nous pourrons lever les sanctions." (Belga)