Les avocats de l'agent avaient redemandé vendredi dernier à la chambre des mises en accusation de Bruxelles la libération de leur client. Selon eux, il n'y a aucune raison de le maintenir en détention préventive. La chambre des mises en accusation de Bruxelles a décidé que la détention préventive serait prolongée, mais sous surveillance électronique. L'enquête visant l'agent, menée par l'Office central pour la répression de la corruption (OCRC), a fait suite à une plainte déposée par Kevin De Bruyne. Elle concerne les activités professionnelles de l'inculpé et, plus précisément, les commissions qu'il aurait perçues lors du passage du Diable Rouge à Wolfsbourg, en Allemagne, en 2013 et 2014. Une confrontation entre lui et Kevin De Bruyne, à l'origine de la plainte, s'est déroulée il y a plusieurs jours "de façon sereine", selon les avocats de M. De Koster. Celui-ci se défend toujours de toute irrégularité. (Belga)

Les avocats de l'agent avaient redemandé vendredi dernier à la chambre des mises en accusation de Bruxelles la libération de leur client. Selon eux, il n'y a aucune raison de le maintenir en détention préventive. La chambre des mises en accusation de Bruxelles a décidé que la détention préventive serait prolongée, mais sous surveillance électronique. L'enquête visant l'agent, menée par l'Office central pour la répression de la corruption (OCRC), a fait suite à une plainte déposée par Kevin De Bruyne. Elle concerne les activités professionnelles de l'inculpé et, plus précisément, les commissions qu'il aurait perçues lors du passage du Diable Rouge à Wolfsbourg, en Allemagne, en 2013 et 2014. Une confrontation entre lui et Kevin De Bruyne, à l'origine de la plainte, s'est déroulée il y a plusieurs jours "de façon sereine", selon les avocats de M. De Koster. Celui-ci se défend toujours de toute irrégularité. (Belga)