Roberto Martinez ne s'est pas épanché en commentaires ("Pour un entraîneur, l'essentiel, c'est le match suivant") mais il était quand même rayonnant en devenant le premier étranger à être sacré Entraîneur de l'Année au Gala du Sport. Un coach qui est aussi directeur sportif, un homme qui, pour reprendre les termes employés par Eden Hazard dans quelques interviews récentes, " a déterminé à 95% le match contre le Brésil, par ses décisions."

C'est le match de référence de cette génération, qui avait toujours paru trébucher au moment fatidique. Le psychologue du sport Jef Brouwers en a ajouté une couche en réagissant à la nouvelle affaire Nainggolan: "Certains trouvaient déraisonnable de ne plus sélectionner Nainggolan mais je pense que c'est une des raisons pour lesquelles Martinez a été élu Entraîneur de l'Année. Nombreux sont ceux qui s'inclinent devant les gens qui jouent bien au football.

Martinez a eu l'audace de prendre leur contre-pied. Dans une interview récente, Nainggolan a déclaré ne plus vouloir se produire pour les Diables Rouges parce qu'il n'avait pas été sélectionné pour la Coupe du monde mais il devrait comprendre qu'il est dans la situation inverse: on ne veut plus de lui tant qu'il ne change pas de comportement. Dommage qu'il n'en ait pas conscience."

Que réserve l'année 2019 au numéro un mondial? Les qualifications pour l'EURO. L'agenda: 21/03 Belgique - Russie, 24/03 Chypre - Belgique, 08/06 Belgique - Kazakhstan, 11/06 Belgique - Écosse, 06/09 Saint-Marin - Belgique, 09/09 Écosse - Belgique, 10/10 Belgique - Saint-Marin, 13/10 Kazakhstan - Belgique, 16/11 Russie - Belgique, 19/11 Belgique - Chypre. Les deux premiers de chaque poule sont directement qualifiés pour le tournoi. Ce n'est qu'à ce moment que le staff technique sera complété.

Par Peter T'Kint