"De toutes façons, l'ATP est assez corrompue. Je ne suis pas frustré du tout", a-t-il lâché à l'issue de son match du 1er tour de l'US Open dans la nuit de mardi à mercredi, au sujet de l'amende record de 113.000 dollars dont il a écopé pour son comportement colérique à Cincinnati. Ces déclarations ont provoqué une nouvelle vive réaction de l'ATP qui a décidé d'ouvrir une enquête. Peu après, Kyrgios est revenu sur ses propos: "je voudrais clarifier officiellement ma déclaration au sujet de la corruption de l'ATP, ce n'était pas un bon choix de mot et ce que je voulais dire, mon intention, était de souligner ce que je considère comme un deux poids deux mesures plutôt que de la corruption", affirme le joueur sur son commpte Twitter. "Je sais que mon comportement est parfois controversé et ça m'a posé des problèmes. Parfois c'est mérité, mais mon problème c'est quand d'autres (...) se comportent de la même façon sans être sanctionnés. C'est ça mon problème et il demeure", précise l'Australien de 24 ans. Coutumier des coups de colère, Kyrgios était sorti du court à Cincinnati en emmenant deux raquettes pour les fracasser dans le couloir du vestiaire avant de revenir comme si de rien n'était. Sauf qu'il avait été filmé. Il s'en était également pris à l'arbitre qu'il avait copieusement insulté. "Pour être clair, je sais que je ne suis pas parfait et je ne prétends pas l'être et je reconnais que j'ai parfois mérité des amendes et des sanctions", a déclaré Kyrgios qui réclame cependant "de la constance et de l'équité" dans les condamnations, ce qui "n'est pas encore le cas", selon lui. (Belga)