Placé en coma artificiel pendant deux semaines après sa chute, en raison de ses différentes fractures et blessures internes, Boeckmans a repris la compétition lors de l'Handzame Classic mi-mars, six mois et demie après son accident. "J'ai dû travailler dur pour redevenir un coureur. Toute la saison a été marquée par la récupération et le retour à mon ancien niveau. Ce n'est que maintenant, depuis que j'ai repris l'entraînement après la pause en fin de saison, que je redeviens peu à peu comme avant, que tout redevient comme il faut. Chaque jour la saison dernière je me levais avec l'idée: "Que puis-je et dois-je faire pour m'améliorer ?" C'était mon objectif. Je n'étais pas encore en état d'être leader. En 2017, j'ose de nouveau endosser ce rôle." Boeckmans est un sprinter. Va-t-il se mêler aux sprints ? "Evidemment, c'est l'idée. Je n'ai pas peur. J'ai disputé quelques sprints la saison passée pour l'équipe et j'en étais content. Si j'en ai l'occasion, je sprinterai volontiers par exemple au GP de l'Escaut ou dans d'autres épreuves." Boeckmans ne veut pas s'attarder sur le passé, mais se réjouit des bonnes nouvelles en provenance de Stig Broeckx. "Son accident a eu un gros impact dans notre équipe. On ne peut pas le nier. Nos résultats dans la seconde moitié de la saison ont été moins bons. Son accident a eu un gros impact dans notre équipe. J'ai été personnellement le voir à six reprises. J'ai vraiment été choqué la première fois. Mais la dernière fois, j'ai été heureusement surpris. Bien sûr, il est encore très malade. Mais il va beaucoup mieux. On voit la progression et cela fait plaisir. Lors de ma dernière visite nous avons joué à 'pierre, ciseau, papier'. Ma surprise a été énorme." . (Belga)

Placé en coma artificiel pendant deux semaines après sa chute, en raison de ses différentes fractures et blessures internes, Boeckmans a repris la compétition lors de l'Handzame Classic mi-mars, six mois et demie après son accident. "J'ai dû travailler dur pour redevenir un coureur. Toute la saison a été marquée par la récupération et le retour à mon ancien niveau. Ce n'est que maintenant, depuis que j'ai repris l'entraînement après la pause en fin de saison, que je redeviens peu à peu comme avant, que tout redevient comme il faut. Chaque jour la saison dernière je me levais avec l'idée: "Que puis-je et dois-je faire pour m'améliorer ?" C'était mon objectif. Je n'étais pas encore en état d'être leader. En 2017, j'ose de nouveau endosser ce rôle." Boeckmans est un sprinter. Va-t-il se mêler aux sprints ? "Evidemment, c'est l'idée. Je n'ai pas peur. J'ai disputé quelques sprints la saison passée pour l'équipe et j'en étais content. Si j'en ai l'occasion, je sprinterai volontiers par exemple au GP de l'Escaut ou dans d'autres épreuves." Boeckmans ne veut pas s'attarder sur le passé, mais se réjouit des bonnes nouvelles en provenance de Stig Broeckx. "Son accident a eu un gros impact dans notre équipe. On ne peut pas le nier. Nos résultats dans la seconde moitié de la saison ont été moins bons. Son accident a eu un gros impact dans notre équipe. J'ai été personnellement le voir à six reprises. J'ai vraiment été choqué la première fois. Mais la dernière fois, j'ai été heureusement surpris. Bien sûr, il est encore très malade. Mais il va beaucoup mieux. On voit la progression et cela fait plaisir. Lors de ma dernière visite nous avons joué à 'pierre, ciseau, papier'. Ma surprise a été énorme." . (Belga)