"Nous avions décidé de jouer la carte de Lonneke Uneken aujourd'hui", a expliqué Kopecky. "Je n'ai pas l'intention de faire le sprint à chaque course. Il y a encore des courses où je recevrai la confiance de l'équipe. C'est du donnant-donnant, je l'avais déclaré au début de la saison." Plusieurs courses importantes attendent à présent la championne de Belgique, avec Gand-Wevelgem dimanche et le Tour des Flandres le dimanche suivant. "J'ai eu une dure semaine d'entraînements en vue de ces courses. Maintenant, il s'agit de trouver de la fraicheur en vue Gand-Wevelgem et du Tour des Flandres la semaine suivante. Je me suis exercée pendant six heures derrière une mobylette. C'était assez difficile, mais je me sens très bien." A Gand-Wevelgem, les dames devront également rouler sur le côté raide, contrairement aux autres années. "J'espère qu'il y aura plus de vent dimanche. Aujourd'hui, il n'y avait pas vraiment de vent et on ne pouvait pas ouvrir la course sur les Moëres. Je dois compter sur des courses difficiles. Je suis curieuse de voir ce que le côté raide du Kemmelberg apportera au peloton féminin. C'est nouveau pour tout le monde et cette bosse se trouve dans le final. On verra comment rouler de là vers Wevelgem." (Belga)

"Nous avions décidé de jouer la carte de Lonneke Uneken aujourd'hui", a expliqué Kopecky. "Je n'ai pas l'intention de faire le sprint à chaque course. Il y a encore des courses où je recevrai la confiance de l'équipe. C'est du donnant-donnant, je l'avais déclaré au début de la saison." Plusieurs courses importantes attendent à présent la championne de Belgique, avec Gand-Wevelgem dimanche et le Tour des Flandres le dimanche suivant. "J'ai eu une dure semaine d'entraînements en vue de ces courses. Maintenant, il s'agit de trouver de la fraicheur en vue Gand-Wevelgem et du Tour des Flandres la semaine suivante. Je me suis exercée pendant six heures derrière une mobylette. C'était assez difficile, mais je me sens très bien." A Gand-Wevelgem, les dames devront également rouler sur le côté raide, contrairement aux autres années. "J'espère qu'il y aura plus de vent dimanche. Aujourd'hui, il n'y avait pas vraiment de vent et on ne pouvait pas ouvrir la course sur les Moëres. Je dois compter sur des courses difficiles. Je suis curieuse de voir ce que le côté raide du Kemmelberg apportera au peloton féminin. C'est nouveau pour tout le monde et cette bosse se trouve dans le final. On verra comment rouler de là vers Wevelgem." (Belga)