Il y a plusieurs années que Vincent Kompany n'a plus donné d'interview individuelle et son comportement distant vis-à-vis des journalistes avait marqué les esprits lors de la Coupe du Monde. Bref, la RTBF a obtenu une belle exclusivité en décrochant un entretien d'une quarantaine de minutes mené par Vincent Langendries. La chaîne publique s'est frottée les mains : elle a allongé la durée de son Week-end Sportif d'une quinzaine de minutes et la nouvelle mouture de son site web sport a reçu une belle vitrine grâce aux vidéos de l'entretien. Sans oublier la reprise des passages intéressants dans les autres médias (web, presse écrite).

En réalité, la RTBF n'a pas été seule sur le coup. "L'une de mes connaissances à la VRT m'a expliqué qu'un contact avait été noué avec l'entourage de Kompany", résume Langendries. "Depuis les J.O. et la Coupe du Monde, nos deux rédactions collaborent beaucoup et nous avons des réunions hebdomadaires. Je ne connais pas bien la genèse de l'histoire mais je pense que Kompany voulait s'exprimer et que tout est passé par Klaas Gaublomme, son homme de confiance. Nous avons foncé à condition qu'il réponde à tous les sujets. C'est la première fois, depuis qu'il joue au foot, qu'il nous accorde une telle interview."

La soudaine ouverture de Kompany à une petite partie de la presse belge n'est pas un hasard. Elle intervient dans une semaine creuse au niveau actualité. Présent en Belgique pour un gala de charité, le joueur était sûr que ses déclarations seraient entendues. Et en apparaissant sur la RTBF et la VRT, il était conscient de toucher à la fois un large public et les deux communautés. Les critiques étaient nombreuses (niveau de jeu, confusion des genres avec sa maison de production et son documentaire Les Diables au coeur,...) et il était temps pour lui de se manifester, sous peine de s'éloigner encore de son public.

A défaut de s'être racheté une virginité, il a joué une nouvelle fois la carte du rassembleur, sans surprise. On ne sait pas si Kompany reviendra à son meilleur niveau la saison prochaine. Par contre, on est certain qu'il n'a pas perdu ses capacités de communication. Enfin, quand on dit communication, tout dépend du sens donné au terme...

Par Simon Barzyczak

Il y a plusieurs années que Vincent Kompany n'a plus donné d'interview individuelle et son comportement distant vis-à-vis des journalistes avait marqué les esprits lors de la Coupe du Monde. Bref, la RTBF a obtenu une belle exclusivité en décrochant un entretien d'une quarantaine de minutes mené par Vincent Langendries. La chaîne publique s'est frottée les mains : elle a allongé la durée de son Week-end Sportif d'une quinzaine de minutes et la nouvelle mouture de son site web sport a reçu une belle vitrine grâce aux vidéos de l'entretien. Sans oublier la reprise des passages intéressants dans les autres médias (web, presse écrite).En réalité, la RTBF n'a pas été seule sur le coup. "L'une de mes connaissances à la VRT m'a expliqué qu'un contact avait été noué avec l'entourage de Kompany", résume Langendries. "Depuis les J.O. et la Coupe du Monde, nos deux rédactions collaborent beaucoup et nous avons des réunions hebdomadaires. Je ne connais pas bien la genèse de l'histoire mais je pense que Kompany voulait s'exprimer et que tout est passé par Klaas Gaublomme, son homme de confiance. Nous avons foncé à condition qu'il réponde à tous les sujets. C'est la première fois, depuis qu'il joue au foot, qu'il nous accorde une telle interview."La soudaine ouverture de Kompany à une petite partie de la presse belge n'est pas un hasard. Elle intervient dans une semaine creuse au niveau actualité. Présent en Belgique pour un gala de charité, le joueur était sûr que ses déclarations seraient entendues. Et en apparaissant sur la RTBF et la VRT, il était conscient de toucher à la fois un large public et les deux communautés. Les critiques étaient nombreuses (niveau de jeu, confusion des genres avec sa maison de production et son documentaire Les Diables au coeur,...) et il était temps pour lui de se manifester, sous peine de s'éloigner encore de son public.A défaut de s'être racheté une virginité, il a joué une nouvelle fois la carte du rassembleur, sans surprise. On ne sait pas si Kompany reviendra à son meilleur niveau la saison prochaine. Par contre, on est certain qu'il n'a pas perdu ses capacités de communication. Enfin, quand on dit communication, tout dépend du sens donné au terme...Par Simon Barzyczak