Kompany pouvait vivre avec le résultat après coup. "Nous n'avons certainement pas présenté la performance parfaite. Nous avons joué 90 minutes de football à un rythme très élevé. Ce n'est pas facile de rester organisé, surtout quand les automatismes font défaut", a analysé le coach.

Pourtant, Kompany est satisfait de la prestation. "Nous avons créé de nombreuses occasions, avec 16 tirs au but. Alors je pense que notre approche était la bonne. Vitesse est aussi une bonne équipe, qui a une forte possession de balle et qui est difficile à contrôler", a déclaré Kompany, qui, somme toute, "peut vivre avec le résultat".

Vitesse a pris l'avantage à quelques moments clés. "A 2-1, nous aurions pu creuser l'écart", a déclaré Kompany. Sur le coup de la mi-temps, Raman a touché le poteau par l'intermédiaire du gardien Schubert. "Et après la pause, ils ont égalisé alors que nos têtes étaient encore dans le vestiaire. Nous avons pris deux buts sur des tirs de loin : l'un magnifique, l'autre difficile pour un gardien de but."

Le penalty manqué par Refaelov en toute fin de match a également touché Kompany de plein fouet. "C'est juste aigre. Mais je préfère me souvenir de la réaction de mon équipe et des occasions qu'elle a créées. Mes joueurs ont continué à y croire. Cette confrontation se jouera en 180 minutes. Maintenant, nous devons juste gagner à Vitesse, et nous sommes qualifiés."

Kompany pouvait vivre avec le résultat après coup. "Nous n'avons certainement pas présenté la performance parfaite. Nous avons joué 90 minutes de football à un rythme très élevé. Ce n'est pas facile de rester organisé, surtout quand les automatismes font défaut", a analysé le coach. Pourtant, Kompany est satisfait de la prestation. "Nous avons créé de nombreuses occasions, avec 16 tirs au but. Alors je pense que notre approche était la bonne. Vitesse est aussi une bonne équipe, qui a une forte possession de balle et qui est difficile à contrôler", a déclaré Kompany, qui, somme toute, "peut vivre avec le résultat". Vitesse a pris l'avantage à quelques moments clés. "A 2-1, nous aurions pu creuser l'écart", a déclaré Kompany. Sur le coup de la mi-temps, Raman a touché le poteau par l'intermédiaire du gardien Schubert. "Et après la pause, ils ont égalisé alors que nos têtes étaient encore dans le vestiaire. Nous avons pris deux buts sur des tirs de loin : l'un magnifique, l'autre difficile pour un gardien de but."Le penalty manqué par Refaelov en toute fin de match a également touché Kompany de plein fouet. "C'est juste aigre. Mais je préfère me souvenir de la réaction de mon équipe et des occasions qu'elle a créées. Mes joueurs ont continué à y croire. Cette confrontation se jouera en 180 minutes. Maintenant, nous devons juste gagner à Vitesse, et nous sommes qualifiés."