Gérard Linard, francophone, a débuté la conférence de presse en néerlandais, alors que cinq mois plus tôt il ne comprenait pas encore les questions des journalistes néerlandophones. "Je continue à prendre des cours de néerlandais mais je ne sais pas encore mener une conférence de presse entière en néerlandais", a commencé Gérard Linard. "Je fais plus que ce qui attendu d'un président normal. J'ai tout de suite décidé de m'impliquer dans la gestion quotidienne de l'Union belge. Afin d'éviter les problèmes du passé, la fédération doit évaluer. C'est pourquoi j'ai plaidé pour plus de contrôle sur nos dépenses", a-t-il expliqué. Sur chaque période entre un Euro ou un Mondial, l'Union belge présentera un plan sur deux ans. Le président fédéral souligne que l'Union belge se trouve dans une situation précaire. "Il est plus difficile de gérer le budget d'une fédération que celui d'un club. Nos revenus dépendent du succès de nos Diables Rouges. Nous sommes financièrement dépendants de leur rentabilité." C'est pourquoi l'Union belge a mis sur pied une commission technique dirigée par Chris Van Puyvelde. Sur le long terme, cette commission doit veiller à ce que les clubs développent des talents belges afin que les Diables Rouges puissent en profiter. "Les informations de la commission technique sont aussi importantes pour les contrats de sponsoring. Si nous pouvons anticiper avec une génération plus faible, nous signons des partenariats plus longs afin d'avoir des revenus garantis par exemple." (Belga)

Gérard Linard, francophone, a débuté la conférence de presse en néerlandais, alors que cinq mois plus tôt il ne comprenait pas encore les questions des journalistes néerlandophones. "Je continue à prendre des cours de néerlandais mais je ne sais pas encore mener une conférence de presse entière en néerlandais", a commencé Gérard Linard. "Je fais plus que ce qui attendu d'un président normal. J'ai tout de suite décidé de m'impliquer dans la gestion quotidienne de l'Union belge. Afin d'éviter les problèmes du passé, la fédération doit évaluer. C'est pourquoi j'ai plaidé pour plus de contrôle sur nos dépenses", a-t-il expliqué. Sur chaque période entre un Euro ou un Mondial, l'Union belge présentera un plan sur deux ans. Le président fédéral souligne que l'Union belge se trouve dans une situation précaire. "Il est plus difficile de gérer le budget d'une fédération que celui d'un club. Nos revenus dépendent du succès de nos Diables Rouges. Nous sommes financièrement dépendants de leur rentabilité." C'est pourquoi l'Union belge a mis sur pied une commission technique dirigée par Chris Van Puyvelde. Sur le long terme, cette commission doit veiller à ce que les clubs développent des talents belges afin que les Diables Rouges puissent en profiter. "Les informations de la commission technique sont aussi importantes pour les contrats de sponsoring. Si nous pouvons anticiper avec une génération plus faible, nous signons des partenariats plus longs afin d'avoir des revenus garantis par exemple." (Belga)