Deuxième bonne nouvelle, pour lui du moins: l'indisponibilité de Dries Mertens, victime d'une déchirure, qui lui ouvre de réelles perspectives de temps de jeu. Pratiquement évincé de l'Euro il y a quelques jours, le Liégeois va donc ainsi bénéficier d'une occasion inespérée de faire remonter sa cote à l'argus des internationaux belges.

Il n'avait cependant jamais renoncé à ses ambitions sous le ciel du Merseyside, qui a viré du gris au noir pour Mirallas après son exclusion à la dernière minute le 19 septembre à Swansea (0-0), et la suspension de trois matches qui en a résulté.

"J'ai fait une bêtise et je la paye au prix fort", déplore-t-il. "Mais je suis encore très loin du désespoir. Je ne suis pas abattu, ni encore moins malade, ma femme et mes enfants non plus. L'entraîneur (Roberto Martínez) a récemment affirmé que j'étais un des joueurs les plus importants de son noyau, et il commence effectivement à me faire monter au jeu. J'ai resigné pour trois ans l'été passé et dans ma tête, je me vois toujours à Goodison Park les prochains mois. Il n'empêche que je verrai mon agent pour un état des lieux en janvier, et qu'il faudra bien sonder le mercato si ma situation n'évolue pas dans le bon sens d'ici là. Mais ce n'est pas du tout à cela que je pense pour le moment. Mon objectif est de regagner ma place à Everton, et aussi bien sûr de saisir à pleines mains la perche que Marc Wilmots va peut-être me tendre ces prochains jours. Je l'en remercie d'avance en tout cas. Cela fait drôlement plaisir dans la situation difficile où je me trouve...", conclut l'ancien joueur de Lille.

Deuxième bonne nouvelle, pour lui du moins: l'indisponibilité de Dries Mertens, victime d'une déchirure, qui lui ouvre de réelles perspectives de temps de jeu. Pratiquement évincé de l'Euro il y a quelques jours, le Liégeois va donc ainsi bénéficier d'une occasion inespérée de faire remonter sa cote à l'argus des internationaux belges. Il n'avait cependant jamais renoncé à ses ambitions sous le ciel du Merseyside, qui a viré du gris au noir pour Mirallas après son exclusion à la dernière minute le 19 septembre à Swansea (0-0), et la suspension de trois matches qui en a résulté. "J'ai fait une bêtise et je la paye au prix fort", déplore-t-il. "Mais je suis encore très loin du désespoir. Je ne suis pas abattu, ni encore moins malade, ma femme et mes enfants non plus. L'entraîneur (Roberto Martínez) a récemment affirmé que j'étais un des joueurs les plus importants de son noyau, et il commence effectivement à me faire monter au jeu. J'ai resigné pour trois ans l'été passé et dans ma tête, je me vois toujours à Goodison Park les prochains mois. Il n'empêche que je verrai mon agent pour un état des lieux en janvier, et qu'il faudra bien sonder le mercato si ma situation n'évolue pas dans le bon sens d'ici là. Mais ce n'est pas du tout à cela que je pense pour le moment. Mon objectif est de regagner ma place à Everton, et aussi bien sûr de saisir à pleines mains la perche que Marc Wilmots va peut-être me tendre ces prochains jours. Je l'en remercie d'avance en tout cas. Cela fait drôlement plaisir dans la situation difficile où je me trouve...", conclut l'ancien joueur de Lille.