Ken De Dycker peaufinait le réglage de sa Honda 450 en s'entraînant sur le circuit français. Mais il a été victime d'une chute qui à première vue semblait anodine. L'inquiétude s'installa bien vite, au point que la séance d'essais fut interrompue. Une broche a été posée par les chirurgiens. "Cela va déjà mieux maintenant", reconnaît ce grand malchanceux, poursuivi par la poisse depuis depuis 2014 lorsqu'il se fractura le poignet dans des circonstances quasi-semblables à Lommel. Il peut déjà dire adieu aux trois premiers Grands Prix (Qatar, Thailande, Valkenswaard) du Mondial MXGP, voire davantage (Argentine-Mexique), soit près du tiers du calendrier Mondial. "Je ne vais pas pouvoir prouver que tout le travail qu'on a effectué sur les machines durant l'hiver porte ses fruits", regrette De Dycker. "Pas tout de suite du moins. Mais à mon retour je sens que je vais revenir très fort et quand même en bénéficier". L'intérêt de l'épreuve du Lot n'en est que plus réduit. Il était en effet déjà peu évident puisque la grande majorité des teams usine avaient recommandé à leurs pilotes officiels d'éviter de s'impliquer dans une épreuve trop proche du GP du Qatar qui aura lieu samedi prochain en soirée. On rappellera que Clément Desalle ne sera pas présent non plus sur les circuits du mondial en début de saison. Victime d'une fracture du cubitus gauche, il manquera en effet certainement le GP du Qatar (27 février) et le GP de Thaïlande (6 mars). (Belga)

Ken De Dycker peaufinait le réglage de sa Honda 450 en s'entraînant sur le circuit français. Mais il a été victime d'une chute qui à première vue semblait anodine. L'inquiétude s'installa bien vite, au point que la séance d'essais fut interrompue. Une broche a été posée par les chirurgiens. "Cela va déjà mieux maintenant", reconnaît ce grand malchanceux, poursuivi par la poisse depuis depuis 2014 lorsqu'il se fractura le poignet dans des circonstances quasi-semblables à Lommel. Il peut déjà dire adieu aux trois premiers Grands Prix (Qatar, Thailande, Valkenswaard) du Mondial MXGP, voire davantage (Argentine-Mexique), soit près du tiers du calendrier Mondial. "Je ne vais pas pouvoir prouver que tout le travail qu'on a effectué sur les machines durant l'hiver porte ses fruits", regrette De Dycker. "Pas tout de suite du moins. Mais à mon retour je sens que je vais revenir très fort et quand même en bénéficier". L'intérêt de l'épreuve du Lot n'en est que plus réduit. Il était en effet déjà peu évident puisque la grande majorité des teams usine avaient recommandé à leurs pilotes officiels d'éviter de s'impliquer dans une épreuve trop proche du GP du Qatar qui aura lieu samedi prochain en soirée. On rappellera que Clément Desalle ne sera pas présent non plus sur les circuits du mondial en début de saison. Victime d'une fracture du cubitus gauche, il manquera en effet certainement le GP du Qatar (27 février) et le GP de Thaïlande (6 mars). (Belga)