Jos Beckx, l'entraîneur des gardiens du Standard, s'est appuyé sur des programmes informatiques pour analyser tous les matches de championnat d'Eiji Kawashima pour le compte du Standard. Cela lui a donné une masse d'informations sur la façon dont le Japonais gère les sorties, le trafic aérien, les phases arrêtées comme les corners, le jeu au pied, etc.

" Je ne citerai ni les atouts ni les points faibles de Kawashima. ", précise d'emblée Beckx. " Nous avons parlé de tout cela, de ce qui devait être fait dans le travail au quotidien. Eiji est un énorme travailleur. On n'est pas un gardien durant 90 minutes et puis terminé jusqu'au prochain match. Non, pour atteindre le top, on est gardien de but 24 h sur 24, 7 jours sur 7. Tous les détails comptent, comme son régime alimentaire par exemple. Au début, Eiji s'est demandé si les changements à l'entraînement lui convenait. Puis, petit à petit, il s'est rendu compte que cela fonctionnait avec, à la clef, des résultats probants sur le terrain. Il se sent bien. Au Standard, on bénéficie aussi d'un outil de travail exceptionnel. Tous les gardiens, que ce soit Kawashima Yohann Thuram, Anthony Moris ou Guillaume Hubert, sont de gros bosseurs. "

Par Pierre Bilic

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à Eiji Kawashima dans votre Sport/Foot Magazine

Jos Beckx, l'entraîneur des gardiens du Standard, s'est appuyé sur des programmes informatiques pour analyser tous les matches de championnat d'Eiji Kawashima pour le compte du Standard. Cela lui a donné une masse d'informations sur la façon dont le Japonais gère les sorties, le trafic aérien, les phases arrêtées comme les corners, le jeu au pied, etc." Je ne citerai ni les atouts ni les points faibles de Kawashima. ", précise d'emblée Beckx. " Nous avons parlé de tout cela, de ce qui devait être fait dans le travail au quotidien. Eiji est un énorme travailleur. On n'est pas un gardien durant 90 minutes et puis terminé jusqu'au prochain match. Non, pour atteindre le top, on est gardien de but 24 h sur 24, 7 jours sur 7. Tous les détails comptent, comme son régime alimentaire par exemple. Au début, Eiji s'est demandé si les changements à l'entraînement lui convenait. Puis, petit à petit, il s'est rendu compte que cela fonctionnait avec, à la clef, des résultats probants sur le terrain. Il se sent bien. Au Standard, on bénéficie aussi d'un outil de travail exceptionnel. Tous les gardiens, que ce soit Kawashima Yohann Thuram, Anthony Moris ou Guillaume Hubert, sont de gros bosseurs. " Par Pierre BilicRetrouvez l'intégralité de l'article consacré à Eiji Kawashima dans votre Sport/Foot Magazine