1. Hans Vanaken (Club Bruges) : il n'a pas marqué -deux essais ont été détournés de la ligne, une par la latte. Sinon, il aurait été vraiment au-dessus du lot, comme régulateur et plauque tournante. Il a démontré qu'il méritait sa sélection pour les Diables Rouges.

2. Ilombe Mboyo (Courtrai) : discipliné en défense, il a beaucoup travaillé sur le flanc gauche et inscrit deux buts : Petit Pelé est de retour.

3. Birger Verstraete (Gand) : très fort, toujours sainement agressif et bourré de confiance, après sa sélection en équipe nationale. Il n'a pas hésité à convertir trois penalties.

4. Jean Thierry Amani Lazare (Eupen) : délivré de ses rêves de transfert, il est redescendu sur terre et est de nouveau le grand talent doté d'un énorme rayon d'action d'il y a deux ans.

5. Roman Bezus (STVV) : il était déjà très dominant dans l'entrejeu en première mi-temps, mais sans créer de danger. Ca a changé ensuite. Il est devenu impossible à freiner et ses infiltrations ont posé moult problèmes aux défenseurs d'Ostende.

6. Killian Overmeire (Lokeren) : meneur, exemplaire dans son rôle de capitaine. Il a pris des initiatives, a abattu des kilomètres, a tenté de lancer le moteur et a joué sans pression, malgré des conditions très difficiles.

7. Luis Garcia (Eupen) : il a toujours une bonne vista, il travaille et réalise des actions. Malgré ses 37 ans, il a été décisif contre le Standard.

8. Sébastien Bruzzese (Courtrai) : il a renvoyé Kaminski, de retour de blessure, sur le banc, et a sauvé un penalty et donc un point pour son équipe.

9. Timothy Derijck (Gand) : il ne s'est pas contenté d'apporter son expérience, cruciale : il a parfaitement dirigé la défense, qu'il découvrait, et a toujours réagi avec calme. Il est très important pour l'équilibre de l'équipe, qui a préservé ses filets.

10. Olivier Deschacht (Lokeren) : il a immédiatement joué, après un été sans club. Après trois rushes, il a dû reprendre son souffle mais l'ancien international a apporté son calme à sa ligne et l'a organisée, sans rien avoir perdu de sa rage de vaincre.

1. Hans Vanaken (Club Bruges) : il n'a pas marqué -deux essais ont été détournés de la ligne, une par la latte. Sinon, il aurait été vraiment au-dessus du lot, comme régulateur et plauque tournante. Il a démontré qu'il méritait sa sélection pour les Diables Rouges. 2. Ilombe Mboyo (Courtrai) : discipliné en défense, il a beaucoup travaillé sur le flanc gauche et inscrit deux buts : Petit Pelé est de retour. 3. Birger Verstraete (Gand) : très fort, toujours sainement agressif et bourré de confiance, après sa sélection en équipe nationale. Il n'a pas hésité à convertir trois penalties. 4. Jean Thierry Amani Lazare (Eupen) : délivré de ses rêves de transfert, il est redescendu sur terre et est de nouveau le grand talent doté d'un énorme rayon d'action d'il y a deux ans. 5. Roman Bezus (STVV) : il était déjà très dominant dans l'entrejeu en première mi-temps, mais sans créer de danger. Ca a changé ensuite. Il est devenu impossible à freiner et ses infiltrations ont posé moult problèmes aux défenseurs d'Ostende. 6. Killian Overmeire (Lokeren) : meneur, exemplaire dans son rôle de capitaine. Il a pris des initiatives, a abattu des kilomètres, a tenté de lancer le moteur et a joué sans pression, malgré des conditions très difficiles. 7. Luis Garcia (Eupen) : il a toujours une bonne vista, il travaille et réalise des actions. Malgré ses 37 ans, il a été décisif contre le Standard. 8. Sébastien Bruzzese (Courtrai) : il a renvoyé Kaminski, de retour de blessure, sur le banc, et a sauvé un penalty et donc un point pour son équipe. 9. Timothy Derijck (Gand) : il ne s'est pas contenté d'apporter son expérience, cruciale : il a parfaitement dirigé la défense, qu'il découvrait, et a toujours réagi avec calme. Il est très important pour l'équilibre de l'équipe, qui a préservé ses filets. 10. Olivier Deschacht (Lokeren) : il a immédiatement joué, après un été sans club. Après trois rushes, il a dû reprendre son souffle mais l'ancien international a apporté son calme à sa ligne et l'a organisée, sans rien avoir perdu de sa rage de vaincre.