Plus tôt dans la journée, le Conseil disciplinaire a considéré l'appel du Standard comme non fondé, car l'erreur commise par l'arbitre Lawrence Visser relève de "l'appréciation d'un fait de jeu", qui n'est pas susceptible de recours, et pas d'une "erreur dans l'application des Lois du Jeu", qui est, elle, susceptible de recours. "Notre club ne peut être d'accord avec cette conclusion", a réagi le Standard dans un communiqué. "Pour être correctement appliquée, la règle du hors-jeu veut qu'on prenne la partie du corps la plus reculée du dernier défenseur afin d'apprécier la situation. Dans le cas présent, le Département arbitrage a confirmé lui-même que la référence prise par le VAR pour appliquer la règle était mauvaise. Il demeure donc clair que l'erreur reconnue n'a pas été commise dans l'appréciation de la situation elle-même, mais bien dans l'application de la règle du hors-jeu." Le 5 février, le Standard et le Cercle avaient partagé 1-1. Dans les derniers instants de la partie, l'arbitre de la partie M. Lawrence Visser a annulé un but de la tête de Moussa Sissako, après intervention du VAR, pour un hors-jeu millimétrique. Le lendemain, le Standard avait annoncé son intention de porter réclamation pour ce match. Le Département arbitrage de l'Union belge avait par la suite jugé que Sissako n'était par hors-jeu car les points de référence pour déterminer la position de hors-jeu avaient été mal placés. (Belga)

Plus tôt dans la journée, le Conseil disciplinaire a considéré l'appel du Standard comme non fondé, car l'erreur commise par l'arbitre Lawrence Visser relève de "l'appréciation d'un fait de jeu", qui n'est pas susceptible de recours, et pas d'une "erreur dans l'application des Lois du Jeu", qui est, elle, susceptible de recours. "Notre club ne peut être d'accord avec cette conclusion", a réagi le Standard dans un communiqué. "Pour être correctement appliquée, la règle du hors-jeu veut qu'on prenne la partie du corps la plus reculée du dernier défenseur afin d'apprécier la situation. Dans le cas présent, le Département arbitrage a confirmé lui-même que la référence prise par le VAR pour appliquer la règle était mauvaise. Il demeure donc clair que l'erreur reconnue n'a pas été commise dans l'appréciation de la situation elle-même, mais bien dans l'application de la règle du hors-jeu." Le 5 février, le Standard et le Cercle avaient partagé 1-1. Dans les derniers instants de la partie, l'arbitre de la partie M. Lawrence Visser a annulé un but de la tête de Moussa Sissako, après intervention du VAR, pour un hors-jeu millimétrique. Le lendemain, le Standard avait annoncé son intention de porter réclamation pour ce match. Le Département arbitrage de l'Union belge avait par la suite jugé que Sissako n'était par hors-jeu car les points de référence pour déterminer la position de hors-jeu avaient été mal placés. (Belga)