"L'idée de rejoindre Malines m'a tout de suite séduit", a commenté l'ex-zèbre. "J'espère contribuer à faire progresser cette équipe, voire même l'aider à atteindre les play-offs I. Cela ne me paraît pas impossible en tout cas..." Malines est en effet 5e de la Jupiler Pro League après 21 journées. Ninis était arrivé à Charleroi en provenance du Panathinaikos en janvier 2016. Il avait auparavant évolué sous les couleurs de Parme et du PAOK Salonique. International grec (33 sélections, 3 buts), il n'était plus convoqué par Felice Mazzu depuis début décembre. "Mais j'ai quand même beaucoup de bons souvenirs avec Charleroi", avoue-t-il. Une page se tourne pour Ninis qui se dit pressé de travailler sous les ordres de Yannick Ferrera. "Je le connais. Je suis convaincu qu'il va me rendre meilleur. Je connais aussi Dimitris Kolovos que j'ai cotoyé en équipe nationale. Je suis impatient de rencontrer mes nouveaux coéquipiers..." (Belga)

"L'idée de rejoindre Malines m'a tout de suite séduit", a commenté l'ex-zèbre. "J'espère contribuer à faire progresser cette équipe, voire même l'aider à atteindre les play-offs I. Cela ne me paraît pas impossible en tout cas..." Malines est en effet 5e de la Jupiler Pro League après 21 journées. Ninis était arrivé à Charleroi en provenance du Panathinaikos en janvier 2016. Il avait auparavant évolué sous les couleurs de Parme et du PAOK Salonique. International grec (33 sélections, 3 buts), il n'était plus convoqué par Felice Mazzu depuis début décembre. "Mais j'ai quand même beaucoup de bons souvenirs avec Charleroi", avoue-t-il. Une page se tourne pour Ninis qui se dit pressé de travailler sous les ordres de Yannick Ferrera. "Je le connais. Je suis convaincu qu'il va me rendre meilleur. Je connais aussi Dimitris Kolovos que j'ai cotoyé en équipe nationale. Je suis impatient de rencontrer mes nouveaux coéquipiers..." (Belga)