"C'était en tout cas un match entre les deux meilleures équipes du championnat", a poursuivi Leko. "Même si à cause de la pression on n'a pas toujours vu du très grand football. J'aurais aimé qu'on joue mieux que cela. Mais c'est difficile quand vous avez en tête qu'à la moindre erreur, l'adversaire va en profiter. Ce qui est en effet le cas face à une équipe comme Genk. Et de leur côté ils devaient sûrement tenir le même raisonnement. C'était un match où il faut impérativement de part et d'autre, ne laisser aucun espace libre..". "Cela dit je trouve quand même notre victoire méritée. On était en effet les plus forts dans les duels. Même en première mi-temps où on était mené. Ce qui ne serait d'ailleurs jamais arrivé si Dennis avait été un peu plus éveillé. Mais c'est évidemment surtout notre réaction en deuxième mi-temps qui a été remarquable, avec trois goals à la clé. Dommage toutefois le penalty raté par Hans Vanaken, qui a failli coûter très cher. Heureusement que le poteau a repoussé cette tête de Samatta, et chapeau à mon équipe", conclut Leko. Bruges, qui se déplace au Standard, jeudi soir (20h30), ne compte plus que trois points de retard (50-47) sur Genk, attendu au même moment de pied ferme à Anderlecht . Le suspense pourrait se prolonger jusque dimanche, est c'est en tout cas ce qu'espère Ivan Leko... (Belga)