Brogno a été exclu le 20 janvier lors de la défaite 3-1 du Beerschot face à Eupen pour un coup de coude volontaire sur Jens Cools à vingt minutes du terme. Dans son rapport, l'arbitre Jonathan Lardot a mentionné qu'il a également été insulté. Mardi, le Conseil disciplinaire lui avait infligé trois matches de suspension, dont un effectif, pour la faute et deux, dont un effectif, pour l'insulte à l'arbitre. Une sanction jugée trop légère par le parquet fédéral, qui avait interjeté appel. Le Conseil disciplinaire a finalement décidé de revoir sa sanction à la hausse pour la faute avec deux matches de suspension pour la faute et toujours un pour l'insulte à l'arbitre. "Il s'agit d'un coup volontaire. Brogno va au duel avec les poings serrés, sans regarder le ballon et en sachant très bien où se trouve son adversaire. Il aurait pu se rendre compte qu'il était en retard. Que sa position soit due à l'éclairage du stade semble particulièrement invraisemblable", a jugé le conseil disciplinaire. "De tels actes n'ont pas leur place sur un terrain de football et doivent être sanctionnés de manière appropriée. Par la suite, Brogno a insulté l'arbitre, les mots utilisés ("enculé") ne sont pas contestés par le joueur. Il est incompréhensible que des normes différentes s'appliquent au football par rapport à d'autres sports tels que le volley, le basket, le hockey et le rugby, où de telles insultes ne sont pas du tout tolérées et entraînent presque toujours des exclusions. Même lorsqu'elles sont le résultat d'une frustration. C'est tout à l'honneur de Brogno de s'être excusé, mais cela ne constitue pas une circonstance atténuante". (Belga)

Brogno a été exclu le 20 janvier lors de la défaite 3-1 du Beerschot face à Eupen pour un coup de coude volontaire sur Jens Cools à vingt minutes du terme. Dans son rapport, l'arbitre Jonathan Lardot a mentionné qu'il a également été insulté. Mardi, le Conseil disciplinaire lui avait infligé trois matches de suspension, dont un effectif, pour la faute et deux, dont un effectif, pour l'insulte à l'arbitre. Une sanction jugée trop légère par le parquet fédéral, qui avait interjeté appel. Le Conseil disciplinaire a finalement décidé de revoir sa sanction à la hausse pour la faute avec deux matches de suspension pour la faute et toujours un pour l'insulte à l'arbitre. "Il s'agit d'un coup volontaire. Brogno va au duel avec les poings serrés, sans regarder le ballon et en sachant très bien où se trouve son adversaire. Il aurait pu se rendre compte qu'il était en retard. Que sa position soit due à l'éclairage du stade semble particulièrement invraisemblable", a jugé le conseil disciplinaire. "De tels actes n'ont pas leur place sur un terrain de football et doivent être sanctionnés de manière appropriée. Par la suite, Brogno a insulté l'arbitre, les mots utilisés ("enculé") ne sont pas contestés par le joueur. Il est incompréhensible que des normes différentes s'appliquent au football par rapport à d'autres sports tels que le volley, le basket, le hockey et le rugby, où de telles insultes ne sont pas du tout tolérées et entraînent presque toujours des exclusions. Même lorsqu'elles sont le résultat d'une frustration. C'est tout à l'honneur de Brogno de s'être excusé, mais cela ne constitue pas une circonstance atténuante". (Belga)