La nouvelle formule comprendra donc 16 équipes avec des playoffs 1 et 2 où la division des points sera maintenue, et pourrait compter jusqu'à trois descendants (deux descendants et un barragiste). "Bienvenue à un jour ensoleillé pour le football belge", a lancé Parys. "Des décisions importantes ont été prises aujourd'hui. qui vont redessiner les bases du football professionnel en Belgique. C'est une étape importante pour le football en Belgique et pour le football belge en Europe." Parys est revenu sur l'importance des décisions prises vendredi. "Nous avions dû préciser que la BeNeLigue n'était pas possible car elle n'était pas durable sur le plan financier. Nous avions une compétition à deux vitesses et la D1B n'était pas attirante. Il était donc important d'avoir un plan à long terme." CEO de l'instance du football professionnel belge depuis le 1er avril, Lorin Parys est parvenu à gérer son premier dossier chaud au sein de la Pro League. "Il y a du bon et du moins bon pour tout le monde, j'ai donc réussi ma mission. J'aurais été très inquiet si un club avait été pleinement satisfait. Des décisions difficiles ont été prises, il faut être honnête. Votre position au classement influence votre manière de voir la situation. Je félicite les clubs qui sont sortis de leur ombre aujourd'hui", a conclu Parys. (Belga)

La nouvelle formule comprendra donc 16 équipes avec des playoffs 1 et 2 où la division des points sera maintenue, et pourrait compter jusqu'à trois descendants (deux descendants et un barragiste). "Bienvenue à un jour ensoleillé pour le football belge", a lancé Parys. "Des décisions importantes ont été prises aujourd'hui. qui vont redessiner les bases du football professionnel en Belgique. C'est une étape importante pour le football en Belgique et pour le football belge en Europe." Parys est revenu sur l'importance des décisions prises vendredi. "Nous avions dû préciser que la BeNeLigue n'était pas possible car elle n'était pas durable sur le plan financier. Nous avions une compétition à deux vitesses et la D1B n'était pas attirante. Il était donc important d'avoir un plan à long terme." CEO de l'instance du football professionnel belge depuis le 1er avril, Lorin Parys est parvenu à gérer son premier dossier chaud au sein de la Pro League. "Il y a du bon et du moins bon pour tout le monde, j'ai donc réussi ma mission. J'aurais été très inquiet si un club avait été pleinement satisfait. Des décisions difficiles ont été prises, il faut être honnête. Votre position au classement influence votre manière de voir la situation. Je félicite les clubs qui sont sortis de leur ombre aujourd'hui", a conclu Parys. (Belga)