Vingt minutes avant la fin du match à Saint-Trond, Selemani a donné un coup de coude au visage de Santiago Colombatto. "Ce n'était pas un duel, la balle n'était même pas dans les parages", a déclaré le procureur fédéral Ebe Verhaeger, qui avait demandé quatre journées de suspension."Le coup intentionnel a été effectué avec une intensité moyenne, mais peu importe." En première instance, la commission a jugé que trois matches de suspension étaient appropriés. Courtrai n'était pas d'accord avec cette sanction et a interjeté appel. Par l'entremise de leur correspondant qualifié Matthias Leterme, les Kerels ont rappelé qu'il ne s'agissait pas d'un coup mais d'une poussée en réaction à la provocation de Colombatto. De plus, le joueur de Saint-Trond aurait fait du cinéma et son intégrité physique n'a jamais été mise en danger. "D'après les images, le Conseil disciplinaire conclut que c'est plutôt une gifle. L'impact du mouvement a dû être extrêmement minime, tout au plus la mâchoire inférieure a été effleurée. La réaction théâtrale de l'adversaire n'est donc pas prise en considération", peut-on lire dans la motivation. "De tels faits n'ont pas leur place sur un terrain et doivent être punis, même si le Conseil disciplinaire pense que Selemani n'avait pas l'intention de blesser son adversaire". Yves Vanderhaeghe ne pourra pas compter sur Selemani contre Malines (17/10) et Anderlecht (23/10) (Belga)

Vingt minutes avant la fin du match à Saint-Trond, Selemani a donné un coup de coude au visage de Santiago Colombatto. "Ce n'était pas un duel, la balle n'était même pas dans les parages", a déclaré le procureur fédéral Ebe Verhaeger, qui avait demandé quatre journées de suspension."Le coup intentionnel a été effectué avec une intensité moyenne, mais peu importe." En première instance, la commission a jugé que trois matches de suspension étaient appropriés. Courtrai n'était pas d'accord avec cette sanction et a interjeté appel. Par l'entremise de leur correspondant qualifié Matthias Leterme, les Kerels ont rappelé qu'il ne s'agissait pas d'un coup mais d'une poussée en réaction à la provocation de Colombatto. De plus, le joueur de Saint-Trond aurait fait du cinéma et son intégrité physique n'a jamais été mise en danger. "D'après les images, le Conseil disciplinaire conclut que c'est plutôt une gifle. L'impact du mouvement a dû être extrêmement minime, tout au plus la mâchoire inférieure a été effleurée. La réaction théâtrale de l'adversaire n'est donc pas prise en considération", peut-on lire dans la motivation. "De tels faits n'ont pas leur place sur un terrain et doivent être punis, même si le Conseil disciplinaire pense que Selemani n'avait pas l'intention de blesser son adversaire". Yves Vanderhaeghe ne pourra pas compter sur Selemani contre Malines (17/10) et Anderlecht (23/10) (Belga)