Par la voix de son président, Jesse De Preter, la BFFA s'est réjouit de voir la Pro League prendre des mesures pour réglementer la fonction d'agent, estimant important que les principes ont été adoptés à l'unanimité "ce qui signifie que tous les clubs sont sur la même ligne". Mais la BFFA souligne "qu'un long chemin reste encore à accomplir" pour mettre en application les principes énoncés. L'association pointe aussi deux points particuliers qui ne peuvent être imposés que par les autorités régionales compétentes. Le premier concerne la rémunération des agents. La Pro League veut que désormais ce soit le joueur qui assume les commissions des agents et non plus le club, de même que la possibilité de voir le joueur mettre un terme à son contrat durant le mercato d'été avec l'introduction d'une "période de réflexion" dans les accords entre joueurs et agents. "Légalement, ces points ne peuvent être règlementés que par les autorités régionales, qui en ont la compétence par décret. Cependant la BFFA est en faveur d'un grand changement dans l'actuelle législation", précise encore Jesse De Preter. La BFFA, mise sur pied au début du mois suite au scandale secouant le football belge depuis plusieurs mois, pointe également le fait que la Pro League ne semble pas avoir tenu compte du fait que la FIFA, la fédération internationale, est en train de revoir également ses règles en matière d'agents et va proposer une nouvelle réglementation dans les prochains mois. "Pour être efficace, il serait intéressant de tenir compte de ces nouvelles dispositions qui ne sont pas encore finalisées aujourd'hui", a ajouté encore le communiqué. La BFFA salue les premiers pas effectués par la Pro League en la matière et espère voir le dialogue se poursuivre prônant aussi "la mise sur pied d'un groupe de travaill entre la Pro League, la BFFA, les autorités et le syndicat des joueurs". (Belga)

Par la voix de son président, Jesse De Preter, la BFFA s'est réjouit de voir la Pro League prendre des mesures pour réglementer la fonction d'agent, estimant important que les principes ont été adoptés à l'unanimité "ce qui signifie que tous les clubs sont sur la même ligne". Mais la BFFA souligne "qu'un long chemin reste encore à accomplir" pour mettre en application les principes énoncés. L'association pointe aussi deux points particuliers qui ne peuvent être imposés que par les autorités régionales compétentes. Le premier concerne la rémunération des agents. La Pro League veut que désormais ce soit le joueur qui assume les commissions des agents et non plus le club, de même que la possibilité de voir le joueur mettre un terme à son contrat durant le mercato d'été avec l'introduction d'une "période de réflexion" dans les accords entre joueurs et agents. "Légalement, ces points ne peuvent être règlementés que par les autorités régionales, qui en ont la compétence par décret. Cependant la BFFA est en faveur d'un grand changement dans l'actuelle législation", précise encore Jesse De Preter. La BFFA, mise sur pied au début du mois suite au scandale secouant le football belge depuis plusieurs mois, pointe également le fait que la Pro League ne semble pas avoir tenu compte du fait que la FIFA, la fédération internationale, est en train de revoir également ses règles en matière d'agents et va proposer une nouvelle réglementation dans les prochains mois. "Pour être efficace, il serait intéressant de tenir compte de ces nouvelles dispositions qui ne sont pas encore finalisées aujourd'hui", a ajouté encore le communiqué. La BFFA salue les premiers pas effectués par la Pro League en la matière et espère voir le dialogue se poursuivre prônant aussi "la mise sur pied d'un groupe de travaill entre la Pro League, la BFFA, les autorités et le syndicat des joueurs". (Belga)