Le 22 octobre, le club de Jupiler Pro League avait posté sur Twitter l'intégralité du dossier disciplinaire ouvert par la fédération pour les chants discriminatoires de ses supporters et l'usage de matériel pyrotechnique lors du derby contre Zulte Waregem. Toutefois, la publication des dossiers disciplinaires est interdite par la réglementation fédérale. Elle est passible de sanctions allant d'une amende d'au moins 1000 euros jusqu'à la radiation. Courtrai avait mis en ligne le réquisitoire du procureur Wagner et l'avait qualifié de "morceau de prose, qui a sans aucun doute pris beaucoup de temps et de recherches". Sur le site, figurait également la mention: "Nous ne voulons pas que cela soit écrit seulement pour les 'happy few'". Selon le manager général de Courtrai Matthias Leterme, la publication via les canaux en ligne faisait partie d'une stratégie visant à modifier le comportement des supporters. Mais il a également déclaré qu'à Courtrai, "une certaine frustration" s'est manifestée à cause de l'action fédérale contre le club. Des raisons qui ne sont pas été estimées valables en appel par la RBFA. "Pendant les plaidoiries, le club a clairement démontré son intention. S'il s'agissait de sensibiliser les supporters, il suffisait d'afficher une annonce sur le site web. Le dossier complet ne devait pas nécessairement être mis en ligne, ni les commentaires désobligeants qui l'accompagnaient. Ce qu'a fait Courtrai, c'est le contraire de la sensibilisation", a écrit la chambre d'appel dans sa motivation. (Belga)