"C'est chouette de revenir ici après mon passage en tant que joueur. Je suis venu plusieurs fois en visite par après, et je me suis toujours bien plu. J'ai continué à suivre le football belge, c'est logique après y avoir évolué pendant 7 saisons", a remarqué l'Islandais vendredi. "Quand un entraineur débarque en pleine saison, c'est que quelque chose ne va pas. C'est donc bien le cas. Les choses ne vont pas bien à Lokeren et je dois changer cela. Je n'ai pas encore parlé aux joueurs, je viens d'arriver et la conférence de presse sera suivie du dernier entrainement de préparation du match contre Eupen. Je le mènerai avec Arnar Vidarsson". L'ancien buteur a suivi les dernières prestations du Sporting, assure-t-il. "J'ai vu à la télévision le dernier match contre Ostende. Je sais que je vais m'atteler à une tâche difficile. En tant que joueur, j'avais un état d'esprit offensif et cela m'est resté. Ca ne changera pas. Tous les coaches veulent proposer du beau football, moi aussi. Je vais voir comment on peut concrétiser ce souhait ici". C'est après cette défaite contre Ostende, 1-2 mardi soir, que Georges Leekens a été limogé. "De nombreuses candidatures nous sont parvenues" pour le remplacer, confirme vendredi le directeur sportif, Willy Reynders. Mercredi, "deux choix restaient: Besnik Hasi et Runar Kristinsson". Ce dernier a l'avantage de "connaitre la maison", ajoute Reynders. "Et nous avons toujours gardé de bons contacts. Lokeren est un club 'spécial', tout le monde ne peut pas forcément y trouver ses marques". Ce n'est pas la première fois que la direction du club envisage l'arrivée de l'Islandais au poste d'entraîneur. "Mais maintenant c'était le moment idéal", précise Kristinsson. "Je n'avais plus de club, et le Sporting se retrouvait sans coach. (...) Je retrouve ici des visages connus, pas seulement dans la direction. J'ai encore joué avec Killian Overmeire, et je me retrouve avec d'autres Islandais, Skulason, Ingason et aussi mon assistant Arnar Vidarsson". Concernant Skulason et Ingason, Kristinsson avait d'ailleurs été consulté au sujet de leurs transferts, a indiqué Willy Reynders. Celui-ci martèle que son équipe "a bien davantage à offrir" que ce qu'elle a montré offensivement depuis le début de saison. "Kristinsson sait ce que c'est que d'attaquer et de construire des automatismes dans une équipe. Il l'a montré au cours de sa période d'entraîneur en Norvège. Nous allons chercher des renforts dans le secteur offensif, mais pour le moment Runar devra se débrouiller avec le noyau existant", développe un Reynders convaincu. "Je l'ai encore connu quand j'étais moi-même entraîneur à Lokeren, et je connais ses capacités. Il aura Arnar Vidarsson à ses côtés, qui est d'ailleurs habitué à travailler pour lui car c'est ce qu'il faisait quand ils jouaient ici tous les deux". (Belga)

"C'est chouette de revenir ici après mon passage en tant que joueur. Je suis venu plusieurs fois en visite par après, et je me suis toujours bien plu. J'ai continué à suivre le football belge, c'est logique après y avoir évolué pendant 7 saisons", a remarqué l'Islandais vendredi. "Quand un entraineur débarque en pleine saison, c'est que quelque chose ne va pas. C'est donc bien le cas. Les choses ne vont pas bien à Lokeren et je dois changer cela. Je n'ai pas encore parlé aux joueurs, je viens d'arriver et la conférence de presse sera suivie du dernier entrainement de préparation du match contre Eupen. Je le mènerai avec Arnar Vidarsson". L'ancien buteur a suivi les dernières prestations du Sporting, assure-t-il. "J'ai vu à la télévision le dernier match contre Ostende. Je sais que je vais m'atteler à une tâche difficile. En tant que joueur, j'avais un état d'esprit offensif et cela m'est resté. Ca ne changera pas. Tous les coaches veulent proposer du beau football, moi aussi. Je vais voir comment on peut concrétiser ce souhait ici". C'est après cette défaite contre Ostende, 1-2 mardi soir, que Georges Leekens a été limogé. "De nombreuses candidatures nous sont parvenues" pour le remplacer, confirme vendredi le directeur sportif, Willy Reynders. Mercredi, "deux choix restaient: Besnik Hasi et Runar Kristinsson". Ce dernier a l'avantage de "connaitre la maison", ajoute Reynders. "Et nous avons toujours gardé de bons contacts. Lokeren est un club 'spécial', tout le monde ne peut pas forcément y trouver ses marques". Ce n'est pas la première fois que la direction du club envisage l'arrivée de l'Islandais au poste d'entraîneur. "Mais maintenant c'était le moment idéal", précise Kristinsson. "Je n'avais plus de club, et le Sporting se retrouvait sans coach. (...) Je retrouve ici des visages connus, pas seulement dans la direction. J'ai encore joué avec Killian Overmeire, et je me retrouve avec d'autres Islandais, Skulason, Ingason et aussi mon assistant Arnar Vidarsson". Concernant Skulason et Ingason, Kristinsson avait d'ailleurs été consulté au sujet de leurs transferts, a indiqué Willy Reynders. Celui-ci martèle que son équipe "a bien davantage à offrir" que ce qu'elle a montré offensivement depuis le début de saison. "Kristinsson sait ce que c'est que d'attaquer et de construire des automatismes dans une équipe. Il l'a montré au cours de sa période d'entraîneur en Norvège. Nous allons chercher des renforts dans le secteur offensif, mais pour le moment Runar devra se débrouiller avec le noyau existant", développe un Reynders convaincu. "Je l'ai encore connu quand j'étais moi-même entraîneur à Lokeren, et je connais ses capacités. Il aura Arnar Vidarsson à ses côtés, qui est d'ailleurs habitué à travailler pour lui car c'est ce qu'il faisait quand ils jouaient ici tous les deux". (Belga)