"Après le match Club Bruges - RSC Anderlecht, notre club reste sur un sentiment très amer", indique le RSCA sur son site internet. "À plusieurs moments de la rencontre des membres de notre staff technique ont effectivement été insultés racialement par des personnes du public. Les joueurs ont aussi été victimes d'insultes racistes alors qu'ils s'échauffaient le long de la ligne de touche". Dès après la rencontre, Vincent Kompany s'était dit "dégoûté et déçu" d'avoir été victime d'insultes racistes. "Le comportement de certains jette une grande ombre sur le football belge", selon le communiqué du RSC Anderlecht. "Que de telles insultes résonnent dans un stade de football est quelque chose que nous ne pouvons tolérer en tant que société. En dénonçant ces incidents, le club veut faire comprendre que le racisme n'a pas sa place dans nos stades de football et évidemment au-delà de ceux-ci". Sur Twitter, le Club de Bruges avait écrit qu'il condamnait "toute forme de racisme". "Ces quelques personnes ne sont pas représentatives des valeurs et des normes de notre club et n'ont pas leur place au stade Jan Breydel." La Pro League, l'instance du football professionnel belge, a également réagi sur Twitter. "Le racisme et la discrimination n'ont pas leur place dans la société et dans et autour de nos stades. Nous ne pourrons jamais être assez clairs à ce sujet. La Pro League, avec ses clubs, assume la responsabilité de garantir un environnement sûr pour les entraîneurs le long des lignes de touche, les joueurs sur le terrain, les ramasseurs de balles au bord du terrain ou les supporters dans le stade". (Belga)

"Après le match Club Bruges - RSC Anderlecht, notre club reste sur un sentiment très amer", indique le RSCA sur son site internet. "À plusieurs moments de la rencontre des membres de notre staff technique ont effectivement été insultés racialement par des personnes du public. Les joueurs ont aussi été victimes d'insultes racistes alors qu'ils s'échauffaient le long de la ligne de touche". Dès après la rencontre, Vincent Kompany s'était dit "dégoûté et déçu" d'avoir été victime d'insultes racistes. "Le comportement de certains jette une grande ombre sur le football belge", selon le communiqué du RSC Anderlecht. "Que de telles insultes résonnent dans un stade de football est quelque chose que nous ne pouvons tolérer en tant que société. En dénonçant ces incidents, le club veut faire comprendre que le racisme n'a pas sa place dans nos stades de football et évidemment au-delà de ceux-ci". Sur Twitter, le Club de Bruges avait écrit qu'il condamnait "toute forme de racisme". "Ces quelques personnes ne sont pas représentatives des valeurs et des normes de notre club et n'ont pas leur place au stade Jan Breydel." La Pro League, l'instance du football professionnel belge, a également réagi sur Twitter. "Le racisme et la discrimination n'ont pas leur place dans la société et dans et autour de nos stades. Nous ne pourrons jamais être assez clairs à ce sujet. La Pro League, avec ses clubs, assume la responsabilité de garantir un environnement sûr pour les entraîneurs le long des lignes de touche, les joueurs sur le terrain, les ramasseurs de balles au bord du terrain ou les supporters dans le stade". (Belga)