Le coureur de l'équipe Quick-Step Floors parle d'un rêve: "Aller chercher une victoire sur le Tour de France, c'était un rêve pour moi". "Je l'ai réalisé aujourd'hui, avec la manière en plus", constate-t-il. "J'ai tout qui se mélange dans ma tête, le travail pour en arriver là, la famille, je pense à eux et je suis content". Le coéquipier de Philippe Gilbert a attaqué et s'est maintenu aux avant-postes dès le début de la course, prenant part à l'échappée du jour. "Je savais que c'était une étape où, si je voulais gagner, je devais être en échappée", explique-t-il. "J'étais un peu nerveux au début, ça ne voulait pas sortir et j'en faisais un peu trop". Jusqu'à ce qu'il rejoigne l'Estonien Rein Taaramae dans son attaque dans l'ascension vers le col de Romme, puis parte seul vers l'arrivée. "J'ai tout donné dans le final, j'ai puisé au fond de moi-même, j'ai mis mes tripes sur la table. J'ai pensé à ma famille, mes petits frères, ma mère, mon père, dans les derniers kilomètres", a confié un Julian Alaphilippe aux anges après avoir levé les bras en franchissant le finish de l'étape. (Belga)

Le coureur de l'équipe Quick-Step Floors parle d'un rêve: "Aller chercher une victoire sur le Tour de France, c'était un rêve pour moi". "Je l'ai réalisé aujourd'hui, avec la manière en plus", constate-t-il. "J'ai tout qui se mélange dans ma tête, le travail pour en arriver là, la famille, je pense à eux et je suis content". Le coéquipier de Philippe Gilbert a attaqué et s'est maintenu aux avant-postes dès le début de la course, prenant part à l'échappée du jour. "Je savais que c'était une étape où, si je voulais gagner, je devais être en échappée", explique-t-il. "J'étais un peu nerveux au début, ça ne voulait pas sortir et j'en faisais un peu trop". Jusqu'à ce qu'il rejoigne l'Estonien Rein Taaramae dans son attaque dans l'ascension vers le col de Romme, puis parte seul vers l'arrivée. "J'ai tout donné dans le final, j'ai puisé au fond de moi-même, j'ai mis mes tripes sur la table. J'ai pensé à ma famille, mes petits frères, ma mère, mon père, dans les derniers kilomètres", a confié un Julian Alaphilippe aux anges après avoir levé les bras en franchissant le finish de l'étape. (Belga)