Parti en contre au sommet du Brulât après des accélérations de ses équipiers Rémi Cavagna, Kasper Asgreen et Mauri Vansevenant, Alaphilippe a rejoint les Italiens Gianni Moscon et Giulio Ciccone à près de 70 kilomètres de la ligne. Le trio a creusé un écart significatif, de près de 1:20, mais a finalement été repris à quelques hectomètres du but. "Nous avions un plan, qui était d'essayer quelque chose après 100 kilomètres de course. Donc je suis parti à 70 bornes de la ligne, j'ai pu passer une belle journée à l'attaque. Les jambes étaient bonnes et nous avons bien coopéré avec les deux autres coureurs", a analysé 'Loulou', qui avait lourdement chuté au Tour des Flandres pour sa dernière course 2020. "Même quand l'écart a dépassé la minute, je savais que la tâche allait être compliquée mais j'ai juste donné le maximum. À la fin de la journée, je suis satisfait de ma condition et du déroulement de la course pour nous", a ponctué Alaphilippe. Avec son panache caractéristique, le Français, une fois repris, a aidé Ballerini à s'imposer en participant à la mise en route du train de son équipe. "Avec le vent de côté, c'était plus judicieux de rester à l'avant. Je savais qu'une fois repris, on avait encore une chance avec Davide. J'ai vu qu'il avait gagné dans les tous derniers mètres", a-t-il poursuivi. "C'est un excellent départ pour nous". Vendredi, la 2e étape entre Cassis et Manosque, longue de 174,6 km, propose une arrivée en montée favorable aux puncheurs. Or, Alaphilippe est 5e du classement général, à 7 secondes de Ballerini. (Belga)

Parti en contre au sommet du Brulât après des accélérations de ses équipiers Rémi Cavagna, Kasper Asgreen et Mauri Vansevenant, Alaphilippe a rejoint les Italiens Gianni Moscon et Giulio Ciccone à près de 70 kilomètres de la ligne. Le trio a creusé un écart significatif, de près de 1:20, mais a finalement été repris à quelques hectomètres du but. "Nous avions un plan, qui était d'essayer quelque chose après 100 kilomètres de course. Donc je suis parti à 70 bornes de la ligne, j'ai pu passer une belle journée à l'attaque. Les jambes étaient bonnes et nous avons bien coopéré avec les deux autres coureurs", a analysé 'Loulou', qui avait lourdement chuté au Tour des Flandres pour sa dernière course 2020. "Même quand l'écart a dépassé la minute, je savais que la tâche allait être compliquée mais j'ai juste donné le maximum. À la fin de la journée, je suis satisfait de ma condition et du déroulement de la course pour nous", a ponctué Alaphilippe. Avec son panache caractéristique, le Français, une fois repris, a aidé Ballerini à s'imposer en participant à la mise en route du train de son équipe. "Avec le vent de côté, c'était plus judicieux de rester à l'avant. Je savais qu'une fois repris, on avait encore une chance avec Davide. J'ai vu qu'il avait gagné dans les tous derniers mètres", a-t-il poursuivi. "C'est un excellent départ pour nous". Vendredi, la 2e étape entre Cassis et Manosque, longue de 174,6 km, propose une arrivée en montée favorable aux puncheurs. Or, Alaphilippe est 5e du classement général, à 7 secondes de Ballerini. (Belga)