Toma Nikiforov a fait son retour dans la capitale cubaine fin janvier, après avoir été écarté des tatamis par des opérations aux dents de sagesse et aux avant-bras. Sa sortie prématurée s'explique selon lui par un surplus d'excitation après trois mois sans compétition. "Je gagne mon premier combat. Au deuxième, mon adversaire marque un point au début, puis j'ai réagi au quart de tour. Au final je lance une attaque qui n'était pas très bien préparée et il a réussi à me contrer." Le Bruxellois n'en demeure pas moins positif. "C'est un mal pour un bien, une erreur que je ne reproduirai plus, ni à Paris, ni ailleurs." Toma Nikiforov est "très fier" d'avoir été mis à l'honneur par l'armée mercredi. "Je peux me consacrer entièrement à mon sport, je ne dois prester que quatre heures par semaine à ma caserne. Je considère que c'est la meilleure alternative pour un sportif en Belgique." (Belga)

Toma Nikiforov a fait son retour dans la capitale cubaine fin janvier, après avoir été écarté des tatamis par des opérations aux dents de sagesse et aux avant-bras. Sa sortie prématurée s'explique selon lui par un surplus d'excitation après trois mois sans compétition. "Je gagne mon premier combat. Au deuxième, mon adversaire marque un point au début, puis j'ai réagi au quart de tour. Au final je lance une attaque qui n'était pas très bien préparée et il a réussi à me contrer." Le Bruxellois n'en demeure pas moins positif. "C'est un mal pour un bien, une erreur que je ne reproduirai plus, ni à Paris, ni ailleurs." Toma Nikiforov est "très fier" d'avoir été mis à l'honneur par l'armée mercredi. "Je peux me consacrer entièrement à mon sport, je ne dois prester que quatre heures par semaine à ma caserne. Je considère que c'est la meilleure alternative pour un sportif en Belgique." (Belga)