Antwerp

(+) Un mercato ambitieux

En plus de l'arrivée de Brian Priske et de son staff pléthorique, le Great Old s'est offert les moyens de ses ambitions en attirant déjà Bjorn Engels, Michel-Ange Balikwisha, Jelle Bataille ou Michael Frey dans un mercato qui n'est peut-être pas encore terminé. Paul Gheysens arme ses troupes pour regarder Bruges dans les yeux.

(-) Un chantier offensif conséquent

A eux trois, Dieumerci Mbokani, Lior Refaelov et Didier Lamkel Zé ont un pied dans la majeure partie des buts de l'Antwerp ces dernières saisons. Les deux premiers sont partis, le troisième est une nouvelle fois écarté : le chantier offensif de Brian Priske est particulièrement conséquent.

Avec des routiniers de la D1A comme le gardien Thomas Didillon (à gauche) et le milieu Hannes van der Bruggen (à droite), le Cercle espère vivre une saison tranquille., iStock
Avec des routiniers de la D1A comme le gardien Thomas Didillon (à gauche) et le milieu Hannes van der Bruggen (à droite), le Cercle espère vivre une saison tranquille. © iStock

Cercle Bruges

(+) L'intransigeance de Vanderhaeghe

L'entraîneur principal Yves Vanderhaeghe et son bras droit Thomas Buffelont apporté à l'équipe l'intransigeance et la stabilité qui ont permis d'éviter le scénario catastrophe de la relégation lors de la saison écoulée. Garder ces deux hommes est donc une chose très positive, mais la qualité ne doit pas se retrouver que sur le banc, mais aussi sur le terrain. Il reste à attendre l'injection de qualité, et des promesses de l'AS Monaco, pour pouvoir vraiment se fixer des objectifs.

(-) Qui pour remplacer les indispensables Ugbo et Pavlovic ?

Qui pourra reprendre le rôle de finisseur d'Iké Ugbo (le joueur de 22 ans, venu de Chelsea avait marqué 16 buts en 32 matchs la saison dernière) et du roc défensif Strahinja Pavlovic (20 ans, prêté pour six mois par l'AS Monaco) ? Si le Cercle ne trouve pas la solution , il lui sera difficile d'avoir l'ambition de vivre une saison tranquille dans le ventre mou du classement et il faudra vivre avec la crainte quotidienne que suscite la lutte contre la relégation.

Malgré l'arrivée sur le banc de l'expérimenté catalan Jordi Condom, les Métallos ne s'attende pas à vivre une saison... sereine., iStock
Malgré l'arrivée sur le banc de l'expérimenté catalan Jordi Condom, les Métallos ne s'attende pas à vivre une saison... sereine. © iStock

Seraing

(+) Condom, le bon choix sur le banc

Les Métallos ont fait un choix judicieux avec Jordi Condom. Le Catalan connaît l'élite belge et est déjà parvenu à s'y maintenir avec un noyau de jeunes talents inexpérimentés, un passé qui pourrait lui être utile cette saison.

(-) Des renforts toujours en attente

Encore très discret sur le mercato, le club du Pairay devra se renforcer s'il veut tenir la route au sein de l'élite belge. En fin de saison dernière, les doutes sur la qualité du noyau pour la D1A étaient présents au sein même du vestiaire.

Désormais, le Beerschot ne peut plus tabler sur l'effet de surprise. Tout le pays connait la précision de la patte gauche de Rapha Holzhauser., iStock
Désormais, le Beerschot ne peut plus tabler sur l'effet de surprise. Tout le pays connait la précision de la patte gauche de Rapha Holzhauser. © iStock

Beerschot

(+) Un milieu de qualité

En engageant Peter Maes, le Beerschot s'est assuré les services d'un entraîneur qui connaît les ficelles du métier et qui a prouvé, tant à Malines, à Lokeren que la saison dernière à Saint-Trond qu'il peut encore mettre en place une organisation solide. Au Beerschot, il s'en donne aussi les moyens grâce à une défense expérimentée et à un milieu de terrain talentueux. Ce dernier secteur est sans doute le plus riche avec 'Silver Shoe' Raphael Holzhauser pour attirer les regards, mais aussi Sanusi, Pietermaat, Coulibaly et le nouveau venu Okyere, qui a laissé une forte impression dans la préparation.

(-) Le profil de Tissoudali n'a toujours pas été remplacé

La division offensive doit être renforcée. Depuis le départ de Tarik Tissoudali pour La Gantoise l'hiver dernier, le Beerschot marque plus difficilement. Suzuki est un solide gaillard, mais pas non plus l'homme pour qui sortira l'équipe de l'ornière dans les moments difficiles. Eleke, transfert le plus cher de l'histoire du club et arrivé l'été dernier, est un flop. David Mukuna est encore jeune et est loin d'être un produit fini. De plus, l'agilité de Tissoudali permettait de perforer les défenses adverses et ce profil est désormais absent du noyau. Le club aurait visé un Benito Raman lors du mercato, mais celui-ci a finalement posé ses valises à Anderlecht. Le Beerschot trouvera-t-il la perle rare d'ici fin août ?

Après avoir confié la charge de l'équipe première à des techniciens espagnols ces dernières saisons, les Germanophones se sont tournés vers le voisin de l'est pour le nouvel exercice où les moyens financiers seront moins importants., iStock
Après avoir confié la charge de l'équipe première à des techniciens espagnols ces dernières saisons, les Germanophones se sont tournés vers le voisin de l'est pour le nouvel exercice où les moyens financiers seront moins importants. © iStock

Eupen

(+) La bonne base de la saison dernière a été conservée

Contrairement aux dernières saisons où le Kehrweg ressemblait à un hall de gare avec des arrivées et des départs incessants, cette fois, dès le premier jour, presque tout le noyau était déjà en place pour aborder la préparation. Les joueurs se connaissent déjà bien et les éléments les plus importants ont été conservés. La saison dernière, la modeste douzième place du club germanophone ne reflétait pas la qualité du jeu développé tout au long de la saison. Si le nouvel entraîneur allemand peut transmettre son enthousiasme au groupe et le rendre encore plus fort physiquement, Eupen devrait, contrairement à ce que tout le monde attend, assurer sans effort son maintien.

(-) Moins de moyens pour remplacer les joueurs importants

Eupen sera tributaire des éventuels départs de ses pions importants. Cette année, le club dispose de moins de moyens financiers et ne pourra pas immédiatement racheter un joueur de qualité équivalente à celle du partant. Il faudra attendre la fin du mercato estival pour savoir si les Germanophones vivront une saison tranquille (si aucun cadre ne s'en va) ou plus difficile (si certains quittent le Kehrweg).

Antwerp(+) Un mercato ambitieux En plus de l'arrivée de Brian Priske et de son staff pléthorique, le Great Old s'est offert les moyens de ses ambitions en attirant déjà Bjorn Engels, Michel-Ange Balikwisha, Jelle Bataille ou Michael Frey dans un mercato qui n'est peut-être pas encore terminé. Paul Gheysens arme ses troupes pour regarder Bruges dans les yeux.(-) Un chantier offensif conséquent A eux trois, Dieumerci Mbokani, Lior Refaelov et Didier Lamkel Zé ont un pied dans la majeure partie des buts de l'Antwerp ces dernières saisons. Les deux premiers sont partis, le troisième est une nouvelle fois écarté : le chantier offensif de Brian Priske est particulièrement conséquent.Cercle Bruges(+) L'intransigeance de Vanderhaeghe L'entraîneur principal Yves Vanderhaeghe et son bras droit Thomas Buffelont apporté à l'équipe l'intransigeance et la stabilité qui ont permis d'éviter le scénario catastrophe de la relégation lors de la saison écoulée. Garder ces deux hommes est donc une chose très positive, mais la qualité ne doit pas se retrouver que sur le banc, mais aussi sur le terrain. Il reste à attendre l'injection de qualité, et des promesses de l'AS Monaco, pour pouvoir vraiment se fixer des objectifs.(-) Qui pour remplacer les indispensables Ugbo et Pavlovic ?Qui pourra reprendre le rôle de finisseur d'Iké Ugbo (le joueur de 22 ans, venu de Chelsea avait marqué 16 buts en 32 matchs la saison dernière) et du roc défensif Strahinja Pavlovic (20 ans, prêté pour six mois par l'AS Monaco) ? Si le Cercle ne trouve pas la solution , il lui sera difficile d'avoir l'ambition de vivre une saison tranquille dans le ventre mou du classement et il faudra vivre avec la crainte quotidienne que suscite la lutte contre la relégation. Seraing(+) Condom, le bon choix sur le bancLes Métallos ont fait un choix judicieux avec Jordi Condom. Le Catalan connaît l'élite belge et est déjà parvenu à s'y maintenir avec un noyau de jeunes talents inexpérimentés, un passé qui pourrait lui être utile cette saison.(-) Des renforts toujours en attenteEncore très discret sur le mercato, le club du Pairay devra se renforcer s'il veut tenir la route au sein de l'élite belge. En fin de saison dernière, les doutes sur la qualité du noyau pour la D1A étaient présents au sein même du vestiaire.Beerschot(+) Un milieu de qualitéEn engageant Peter Maes, le Beerschot s'est assuré les services d'un entraîneur qui connaît les ficelles du métier et qui a prouvé, tant à Malines, à Lokeren que la saison dernière à Saint-Trond qu'il peut encore mettre en place une organisation solide. Au Beerschot, il s'en donne aussi les moyens grâce à une défense expérimentée et à un milieu de terrain talentueux. Ce dernier secteur est sans doute le plus riche avec 'Silver Shoe' Raphael Holzhauser pour attirer les regards, mais aussi Sanusi, Pietermaat, Coulibaly et le nouveau venu Okyere, qui a laissé une forte impression dans la préparation.(-) Le profil de Tissoudali n'a toujours pas été remplacéLa division offensive doit être renforcée. Depuis le départ de Tarik Tissoudali pour La Gantoise l'hiver dernier, le Beerschot marque plus difficilement. Suzuki est un solide gaillard, mais pas non plus l'homme pour qui sortira l'équipe de l'ornière dans les moments difficiles. Eleke, transfert le plus cher de l'histoire du club et arrivé l'été dernier, est un flop. David Mukuna est encore jeune et est loin d'être un produit fini. De plus, l'agilité de Tissoudali permettait de perforer les défenses adverses et ce profil est désormais absent du noyau. Le club aurait visé un Benito Raman lors du mercato, mais celui-ci a finalement posé ses valises à Anderlecht. Le Beerschot trouvera-t-il la perle rare d'ici fin août ?Eupen(+) La bonne base de la saison dernière a été conservéeContrairement aux dernières saisons où le Kehrweg ressemblait à un hall de gare avec des arrivées et des départs incessants, cette fois, dès le premier jour, presque tout le noyau était déjà en place pour aborder la préparation. Les joueurs se connaissent déjà bien et les éléments les plus importants ont été conservés. La saison dernière, la modeste douzième place du club germanophone ne reflétait pas la qualité du jeu développé tout au long de la saison. Si le nouvel entraîneur allemand peut transmettre son enthousiasme au groupe et le rendre encore plus fort physiquement, Eupen devrait, contrairement à ce que tout le monde attend, assurer sans effort son maintien.(-) Moins de moyens pour remplacer les joueurs importantsEupen sera tributaire des éventuels départs de ses pions importants. Cette année, le club dispose de moins de moyens financiers et ne pourra pas immédiatement racheter un joueur de qualité équivalente à celle du partant. Il faudra attendre la fin du mercato estival pour savoir si les Germanophones vivront une saison tranquille (si aucun cadre ne s'en va) ou plus difficile (si certains quittent le Kehrweg).