Le sésame a été refusé une première fois au Sporting pour quelques détais financiers, et surtout à cause de l'obstination d'Abbas Bayat qui refusait de payer 6.000 euros d'arriérés de salaires à trois joueurs - qui avaient cassé leur contrat et ne réclamaient même pas cet argent.

Le club a entre-temps fait les virements nécessaires mais il a joué un jeu dangereux. En effet, un passage en appel signifie que le dossier a été rouvert et que la commission des licences pourrait y avoir trouvé l'une ou l'autre faille supplémentaire. Le secrétaire général Pierre-Yves Hendrickx s'est en tout cas montré rassurant dès le week-end passé, signalant que tous les points litigieux avaient été traités de la meilleure manière.

On s'attend à ce que la licence soit accordée à Charleroi et que les Zèbres champions en D2 retrouvent la D1 l'été prochain. Et en cas de refus? Ce serait le renvoi en D3 puisque la licence avait été refusée aussi bien pour la D2 que pour la Jupiler Pro League.

Mais dans ce cas, l'affaire ne serait pas encore terminée car Bayat a déjà annoncé son intention d'aller au bout de toutes les procédures. Il a aussi déclaré dans Sport / Foot Magazine de cette semaine qu'il se réservait le droit de réclamer des dédommagements à l'Union Belge s'il s'avérait que cette affaire de licence compliquait les négociations sur la revente de son club.

Pierre Danvoye, Sport / Foot Magazine

Le sésame a été refusé une première fois au Sporting pour quelques détais financiers, et surtout à cause de l'obstination d'Abbas Bayat qui refusait de payer 6.000 euros d'arriérés de salaires à trois joueurs - qui avaient cassé leur contrat et ne réclamaient même pas cet argent. Le club a entre-temps fait les virements nécessaires mais il a joué un jeu dangereux. En effet, un passage en appel signifie que le dossier a été rouvert et que la commission des licences pourrait y avoir trouvé l'une ou l'autre faille supplémentaire. Le secrétaire général Pierre-Yves Hendrickx s'est en tout cas montré rassurant dès le week-end passé, signalant que tous les points litigieux avaient été traités de la meilleure manière. On s'attend à ce que la licence soit accordée à Charleroi et que les Zèbres champions en D2 retrouvent la D1 l'été prochain. Et en cas de refus? Ce serait le renvoi en D3 puisque la licence avait été refusée aussi bien pour la D2 que pour la Jupiler Pro League. Mais dans ce cas, l'affaire ne serait pas encore terminée car Bayat a déjà annoncé son intention d'aller au bout de toutes les procédures. Il a aussi déclaré dans Sport / Foot Magazine de cette semaine qu'il se réservait le droit de réclamer des dédommagements à l'Union Belge s'il s'avérait que cette affaire de licence compliquait les négociations sur la revente de son club. Pierre Danvoye, Sport / Foot Magazine