José Riga à propos...

...de sa signature à Visé : "Je ne suis pas le seul décideur et il faut que les offres conviennent. Globalement, c'est vrai que j'étais toujours attiré par l'étranger parce que j'aime voyager et découvrir. Et puis après le Standard, Mons et le Cercle, je ne dirai pas que la Belgique est trop petite pour moi, mais je comptais encore découvrir d'autres choses. Il y a eu peu de propositions sérieuses et puis le président visétois, Guy Thiry, m'a demandé si ça m'intéressait de reprendre l'équipe après la démission de Stéphane Huet. C'était une manière de lui rendre service tout en restant accroché au monde du foot. Je n'ai pas hésité longtemps, tout en concluant l'accord tacite que si une autre opportunité qui vaut la peine se présente, je pourrai la saisir. Mais ce n'est pas pour autant que je suis ici en pensant à ailleurs : j'ai la conviction qui me caractérise. Je sais ce que je dois à Visé, qui m'a lancé avant le Standard, donc si je peux rendre en retour, c'est avec plaisir."

...de sa folle expérience à Blackpool : "Il faut remonter à l'origine, à Charlton, où je suis devenu le premier coach belge en Angleterre. Lors du dernier match de championnat, on a gagné 0-3 à Blackpool et je me suis retrouvé au sommet de la wish-list des supporters de Blackpool pour être le prochain manager. Forcément, la première rencontre avec le président Karl Oyston a été bonne, mais pratiquement d'entrée de jeu, il a cessé de me suivre dans mes idées, mon recrutement, etc. Il voulait à la limite que ce soit journée portes ouvertes à chaque entraînement, à essayer des joueurs dans tous les sens. Il organisait des réunions auxquelles il ne venait pas, il disparaissait soudainement, etc. Et puis j'ai commencé la prépa avec six joueurs. Je pense que les supporters espéraient que je résiste à ce président fantasque et méprisant, mais l'expérience fut courte."

...du Standard actuel : "Michel Preud'homme est la personne qu'il faut pour le Standard. Michel est quelqu'un de très perfectionniste et de suffisamment charismatique pour passer au-delà des obstacles qui existent au Standard de Liège. On voit la progression et j'espère qu'elle va se concrétiser à un moment."

Retrouvez l'intégralité de l'interview de José Riga dans votre Sport/Foot Magazine