"Nous avons livré un match très propre", a confié à Belga le gaucher Joran Vliegen. "Nous avons bien servi, mis à part lors d'un jeu, celui de 4-3 au premier set, nous avons mis beaucoup de pression en retour et été très dynamiques au filet. Cela nous a permis de nous créer pas mal d'occasions et un break dans chaque set a suffi à faire la différence. La préparation n'avait pas été idéale, car j'ai souffert d'une inflammation au genou gauche la semaine dernière à Parme, mais cela va mieux. Franchement, nous n'aurions pas pu espérer meilleure entrée en matière dans le tournoi." Vainqueurs cette année à Singapour et finalistes à Munich, Sander Gillé et Joran Vliegen ont un bon coup à jouer cette année à Roland-Garros. Suite au forfait des Croates Nikola Mektic et Mate Pavic, tête de série N.1, en raison d'un contrôle positif au Covid-19, les deux Belges ont hérité d'une voie quasi royale jusqu'en quart de finale. "C'est vrai que notre tableau s'est ouvert, mais il n'est pas question de mettre la charrue avant les boeufs", a poursuivi le Maaseikois. "C'est le meilleur moyen de se planter (sic). Nous abordons les choses match par match, tour par tour. Nous irons ainsi voir nos futurs adversaires demain, le Serbe Kecmanovic et le Norvégien Ruud ou les Américains Krajicek et Sandgren. Ce sont deux paires expérimentales, mais pas moins dangereuses pour autant. Kecmanovic et Ruud sont deux vrais joueurs de simples et donc forcément imprévisibles. Quoi qu'il arrive, il faudra être très rigoureux." (Belga)

"Nous avons livré un match très propre", a confié à Belga le gaucher Joran Vliegen. "Nous avons bien servi, mis à part lors d'un jeu, celui de 4-3 au premier set, nous avons mis beaucoup de pression en retour et été très dynamiques au filet. Cela nous a permis de nous créer pas mal d'occasions et un break dans chaque set a suffi à faire la différence. La préparation n'avait pas été idéale, car j'ai souffert d'une inflammation au genou gauche la semaine dernière à Parme, mais cela va mieux. Franchement, nous n'aurions pas pu espérer meilleure entrée en matière dans le tournoi." Vainqueurs cette année à Singapour et finalistes à Munich, Sander Gillé et Joran Vliegen ont un bon coup à jouer cette année à Roland-Garros. Suite au forfait des Croates Nikola Mektic et Mate Pavic, tête de série N.1, en raison d'un contrôle positif au Covid-19, les deux Belges ont hérité d'une voie quasi royale jusqu'en quart de finale. "C'est vrai que notre tableau s'est ouvert, mais il n'est pas question de mettre la charrue avant les boeufs", a poursuivi le Maaseikois. "C'est le meilleur moyen de se planter (sic). Nous abordons les choses match par match, tour par tour. Nous irons ainsi voir nos futurs adversaires demain, le Serbe Kecmanovic et le Norvégien Ruud ou les Américains Krajicek et Sandgren. Ce sont deux paires expérimentales, mais pas moins dangereuses pour autant. Kecmanovic et Ruud sont deux vrais joueurs de simples et donc forcément imprévisibles. Quoi qu'il arrive, il faudra être très rigoureux." (Belga)