"Je me sentais très bien, mais je n'ai pas eu assez de fraîcheur au sprint. Je ne pense pas avoir commis de fautes durant ce championnat de Belgique. Lotte était tout simplement la plus rapide. Je dois être honnête. Kopecky a essayé plusieurs fois de me lâcher, mais ça n'a pas réussi, même pas quand elle a tout d'un coup démarré au sommet du Tiegemberg. Shari Bossuyt est revenue dans le dernier tour, mais je n'ai pas pu devancer Kopecky. Je suis rentrée avant-hier du Giro, peut-être je l'ai senti dans les jambes." L'objectif de Jolien D'hoore, 30 ans, était d'ajouter un cinquième titre national après ses succès en 2012, 2014, 2015 et 2017. "Il doit toujours y avoir un perdant. Dommage, c'était moi aujourd'hui. Et pour une si petite différence. J'étais la seule de mon équipe aussi, l'avantage sur ce plan là était du côté de Lotte. J'étais seule pour réagir aux attaques et surtout celles de Kopecky". (Belga)

"Je me sentais très bien, mais je n'ai pas eu assez de fraîcheur au sprint. Je ne pense pas avoir commis de fautes durant ce championnat de Belgique. Lotte était tout simplement la plus rapide. Je dois être honnête. Kopecky a essayé plusieurs fois de me lâcher, mais ça n'a pas réussi, même pas quand elle a tout d'un coup démarré au sommet du Tiegemberg. Shari Bossuyt est revenue dans le dernier tour, mais je n'ai pas pu devancer Kopecky. Je suis rentrée avant-hier du Giro, peut-être je l'ai senti dans les jambes." L'objectif de Jolien D'hoore, 30 ans, était d'ajouter un cinquième titre national après ses succès en 2012, 2014, 2015 et 2017. "Il doit toujours y avoir un perdant. Dommage, c'était moi aujourd'hui. Et pour une si petite différence. J'étais la seule de mon équipe aussi, l'avantage sur ce plan là était du côté de Lotte. J'étais seule pour réagir aux attaques et surtout celles de Kopecky". (Belga)