"Nous pouvons établir un planning à présent. Il y a trois grands Tours d'organisés, sur trois semaines et non deux par exemple, et les Monuments, on peut se projeter", a expliqué John Lelangue. "J'avais déjà bien compris ces dernières semaines qu'il n'y aurait pas de courses avant la fin juin. Le virus ne le permettrait pas encore. Après toutes les rumeurs concernant le Tour, on sait à présent que la compétition reprendra à la mi-juillet. D'abord avec quelques petites courses a priori et puis les courses du WorldTour au mois d'août. Le Tour de France ensuite puis le Giro et la Vuelta. Cela semble peut-être tard, mais je trouve que c'est la meilleure option. Je suis content de ce calendrier. Pour le cyclisme, c'est bien qu'il n'y ait pas de grandes concurrences d'autres grands événements sportifs, ni championnat d'Europe de football, ou de Coupe du monde ou de JO. Le Tour sera le plus grand événement de l'année et quand on a vu déjà l'audience du Tour des Flandres virtuel, l'intérêt sera grand aussi en septembre pour le Tour puis pour les classiques". ASO a en effet décidé de replacer la Grande Boucle du 29 août au 20 septembre avant les Mondiaux en Suisse (du 20 au 27 septembre) puis de faire disputer le Giro et ensuite la Vuelta. L'UCI veut aussi également que les cinq Monuments du calendrier cycliste puissent avoir lieu. Un calendrier plus précis devrait être annoncé pour le 15 mai. John Lelangue peut tracer ainsi un planning avec "des plus petites courses par étapes d'abord pour se préparer et les championnats nationaux une semaine avec le Tour, comme c'est la tradition d'ailleurs. Pour ce qui est des sélections, nous allons attendre plus de précisions sur les calendriers, mais on repart de zéro. L'envie sera de toute façon là, pour le Giro et la Vuelta aussi, que l'on ne pourra pas doubler avec le Tour de France. Mais cette faim de cyclisme sera toujours là en octobre et en novembre. Tout le monde sera content de rouler à nouveau. De mi-juillet à novembre, cela fera quatre mois de visibilité, c'est important aussi pour les sponsors". (Belga)

"Nous pouvons établir un planning à présent. Il y a trois grands Tours d'organisés, sur trois semaines et non deux par exemple, et les Monuments, on peut se projeter", a expliqué John Lelangue. "J'avais déjà bien compris ces dernières semaines qu'il n'y aurait pas de courses avant la fin juin. Le virus ne le permettrait pas encore. Après toutes les rumeurs concernant le Tour, on sait à présent que la compétition reprendra à la mi-juillet. D'abord avec quelques petites courses a priori et puis les courses du WorldTour au mois d'août. Le Tour de France ensuite puis le Giro et la Vuelta. Cela semble peut-être tard, mais je trouve que c'est la meilleure option. Je suis content de ce calendrier. Pour le cyclisme, c'est bien qu'il n'y ait pas de grandes concurrences d'autres grands événements sportifs, ni championnat d'Europe de football, ou de Coupe du monde ou de JO. Le Tour sera le plus grand événement de l'année et quand on a vu déjà l'audience du Tour des Flandres virtuel, l'intérêt sera grand aussi en septembre pour le Tour puis pour les classiques". ASO a en effet décidé de replacer la Grande Boucle du 29 août au 20 septembre avant les Mondiaux en Suisse (du 20 au 27 septembre) puis de faire disputer le Giro et ensuite la Vuelta. L'UCI veut aussi également que les cinq Monuments du calendrier cycliste puissent avoir lieu. Un calendrier plus précis devrait être annoncé pour le 15 mai. John Lelangue peut tracer ainsi un planning avec "des plus petites courses par étapes d'abord pour se préparer et les championnats nationaux une semaine avec le Tour, comme c'est la tradition d'ailleurs. Pour ce qui est des sélections, nous allons attendre plus de précisions sur les calendriers, mais on repart de zéro. L'envie sera de toute façon là, pour le Giro et la Vuelta aussi, que l'on ne pourra pas doubler avec le Tour de France. Mais cette faim de cyclisme sera toujours là en octobre et en novembre. Tout le monde sera content de rouler à nouveau. De mi-juillet à novembre, cela fera quatre mois de visibilité, c'est important aussi pour les sponsors". (Belga)