Viendra, ne viendra pas ? Après son échec trudonnaire de la saison dernière (1 but en 10 matchs), la question du retour de Mémé Tchité à Bruxelles - après son passage au Sporting d'Anderlecht, il y a tout juste 10 ans ! - était sur toutes les lèvres depuis une dizaine de jours. Fin du suspense en début de semaine dernière avec l'affiliation officielle du joueur sur le listing étoilé.

" Mémé Tchité s'est engagé avec le White Star parce qu'il croit en notre projet ", annonce John Bico. Comprenez que le joueur n'est pas uniquement là pour se relancer mais qu'il compte bien s'inscrire dans la durée. Reste une question en toile de fond : pourquoi un joueur doté d'un tel CV accepterait ce qui ressemble à un ultime défi qu'on imagine fort peu rémunérateur à déjà 32 ans ?

" Vous savez, on nous critique beaucoup dans les médias mais les joueurs, eux, connaissent la réalité. Ici, on bosse, on progresse. Pourquoi croyez-vous que des joueurs de sa trempe accepteraient de nous rejoindre dans le cas contraire ? La meilleure des publicités, c'est le bouche à oreille " défend Bico. On l'a déjà dit, l'homme est sûr de sa force. Et visiblement sa capacité de persuasion n'a pas d'égal.

Après avoir convaincu Kevin Tapoko (22 ans, ex-OHL et Mouscron), Axel Bossekota (27 ans, ex-Cercle Bruges) et Abderrahmane Kabous (33 ans, ex-international marocain, notamment passé par le CSKA Sofia et la Liga), c'est donc un quatrième joueur d'expérience qui est venu renforcer le groupe d'un John Bico forcément ravi : " On est conscient que Tchité est un niveau au-dessus de la moyenne de l'équipe, mais son humilité est aussi grande que son palmarès. Un homme sérieux qui ne se prend pas au sérieux. Comme le White Star. "

Et comme le club molenbeekois, l'ancien footballeur pro de l'année 2007, titularisé contre Deinze ce week-end (défaite 0-2), va aussi devoir se faire tout doucement au rythme encore incertain de la division 1 amateur s'il veut connaître, dix ans plus tard, une deuxième success-story bruxelloise.

Par Martin Grimberghs

Viendra, ne viendra pas ? Après son échec trudonnaire de la saison dernière (1 but en 10 matchs), la question du retour de Mémé Tchité à Bruxelles - après son passage au Sporting d'Anderlecht, il y a tout juste 10 ans ! - était sur toutes les lèvres depuis une dizaine de jours. Fin du suspense en début de semaine dernière avec l'affiliation officielle du joueur sur le listing étoilé." Mémé Tchité s'est engagé avec le White Star parce qu'il croit en notre projet ", annonce John Bico. Comprenez que le joueur n'est pas uniquement là pour se relancer mais qu'il compte bien s'inscrire dans la durée. Reste une question en toile de fond : pourquoi un joueur doté d'un tel CV accepterait ce qui ressemble à un ultime défi qu'on imagine fort peu rémunérateur à déjà 32 ans ? " Vous savez, on nous critique beaucoup dans les médias mais les joueurs, eux, connaissent la réalité. Ici, on bosse, on progresse. Pourquoi croyez-vous que des joueurs de sa trempe accepteraient de nous rejoindre dans le cas contraire ? La meilleure des publicités, c'est le bouche à oreille " défend Bico. On l'a déjà dit, l'homme est sûr de sa force. Et visiblement sa capacité de persuasion n'a pas d'égal. Après avoir convaincu Kevin Tapoko (22 ans, ex-OHL et Mouscron), Axel Bossekota (27 ans, ex-Cercle Bruges) et Abderrahmane Kabous (33 ans, ex-international marocain, notamment passé par le CSKA Sofia et la Liga), c'est donc un quatrième joueur d'expérience qui est venu renforcer le groupe d'un John Bico forcément ravi : " On est conscient que Tchité est un niveau au-dessus de la moyenne de l'équipe, mais son humilité est aussi grande que son palmarès. Un homme sérieux qui ne se prend pas au sérieux. Comme le White Star. " Et comme le club molenbeekois, l'ancien footballeur pro de l'année 2007, titularisé contre Deinze ce week-end (défaite 0-2), va aussi devoir se faire tout doucement au rythme encore incertain de la division 1 amateur s'il veut connaître, dix ans plus tard, une deuxième success-story bruxelloise.Par Martin Grimberghs