"C'est une de nos victoires les plus difficiles", estime le capitaine belge Johan Van Herck. "On est mené 0-2, on joue dans des circonstances très difficiles, il faisait plus de 35 degrés, on a vu des crampes dans presque tous les matches. C'est vraiment une victoire qu'on est allé chercher très loin, dans le dur. C'est encore une fois la preuve qu'on est vraiment une équipe et qu'on peut être meilleur en Coupe Davis". Privée de David Goffin et Kimmer Coppejans, ce qui a valu une première sélection à Zizou Bergs et Michael Geerts, l'équipe belge était dos au mur dimanche, obligée de gagner les trois matches pour pouvoir disputer les qualifications pour l'édition 2022 de la Coupe Davis. Joran Vliegen (ATP 30 en double) et Sander Gillé (ATP 31 en double) ont lancé la remontada en gagnant le double 6-3, 6-4 face à Boris Arias (ATP 309 en double) et Federico Zeballos (ATP 244 en double). Michael Geerts (289), pour son premier match de Coupe Davis, a ensuite ramené l'égalité au marquoir en écartant le numéro 1 bolivien Hugo Dellien (ATP 144) 6-4, 4-6, 6-2, avant que Ruben Bemelmans (ATP 221) ne décroche le point de la victoire en battant Murkel Dellien (ATP 1332) 7-6 (7/2), 6-2. "Samedi, on s'est retrouvé avec un score inattendu, des circonstances inattendues, en sachant que Zizou ne pourrait pas jouer dimanche", dit Johan Van Herck. "On n'avait plus de marge d'erreur. On a contrôlé dans le double. Le match de Michael était très serré, d'un très haut niveau. Michael était physiquement limite dans le 3e set mais l'autre a craqué avant. La prestation de Michael était magnifique. Ruben a eu un début de match difficile, il ne se sentait pas bien après son match de samedi. C'est toute l'équipe qui a poussé Ruben et l'a mené vers la victoire, on était tous derrière lui. Je suis tellement content pour lui, il a pu finir le job et on reste dans le groupe mondial". Arrivée déforcée au Paraguay, où la rencontre a été délocalisée en raison de la crise sanitaire, l'équipe belge a fini le weekend en signant une de ses plus belles remontadas. "Le bilan est positif", selon le capitaine belge. "Je savais qu'on venait ici sans David et Kimmer, deux joueurs importants, mais Zizou et Michael ont montré qu'ils avaient leur place dans l'équipe et Ruben, Joran et Sander ont montré qu'ils étaient vraiment bien". "J'ai l'impression qu'on est devant un nouveau cycle", poursuit Johan Van Herck. "On crée une nouvelle équipe, avec beaucoup de talents. Je pense que l'avenir dans l'équipe est plus que beau, avec David, Kimmer, et les joueurs qui étaient ici ,Ruben, Sander, Joran, Zizou et Michael. Je ne peux être que fier de cette équipe". (Belga)

"C'est une de nos victoires les plus difficiles", estime le capitaine belge Johan Van Herck. "On est mené 0-2, on joue dans des circonstances très difficiles, il faisait plus de 35 degrés, on a vu des crampes dans presque tous les matches. C'est vraiment une victoire qu'on est allé chercher très loin, dans le dur. C'est encore une fois la preuve qu'on est vraiment une équipe et qu'on peut être meilleur en Coupe Davis". Privée de David Goffin et Kimmer Coppejans, ce qui a valu une première sélection à Zizou Bergs et Michael Geerts, l'équipe belge était dos au mur dimanche, obligée de gagner les trois matches pour pouvoir disputer les qualifications pour l'édition 2022 de la Coupe Davis. Joran Vliegen (ATP 30 en double) et Sander Gillé (ATP 31 en double) ont lancé la remontada en gagnant le double 6-3, 6-4 face à Boris Arias (ATP 309 en double) et Federico Zeballos (ATP 244 en double). Michael Geerts (289), pour son premier match de Coupe Davis, a ensuite ramené l'égalité au marquoir en écartant le numéro 1 bolivien Hugo Dellien (ATP 144) 6-4, 4-6, 6-2, avant que Ruben Bemelmans (ATP 221) ne décroche le point de la victoire en battant Murkel Dellien (ATP 1332) 7-6 (7/2), 6-2. "Samedi, on s'est retrouvé avec un score inattendu, des circonstances inattendues, en sachant que Zizou ne pourrait pas jouer dimanche", dit Johan Van Herck. "On n'avait plus de marge d'erreur. On a contrôlé dans le double. Le match de Michael était très serré, d'un très haut niveau. Michael était physiquement limite dans le 3e set mais l'autre a craqué avant. La prestation de Michael était magnifique. Ruben a eu un début de match difficile, il ne se sentait pas bien après son match de samedi. C'est toute l'équipe qui a poussé Ruben et l'a mené vers la victoire, on était tous derrière lui. Je suis tellement content pour lui, il a pu finir le job et on reste dans le groupe mondial". Arrivée déforcée au Paraguay, où la rencontre a été délocalisée en raison de la crise sanitaire, l'équipe belge a fini le weekend en signant une de ses plus belles remontadas. "Le bilan est positif", selon le capitaine belge. "Je savais qu'on venait ici sans David et Kimmer, deux joueurs importants, mais Zizou et Michael ont montré qu'ils avaient leur place dans l'équipe et Ruben, Joran et Sander ont montré qu'ils étaient vraiment bien". "J'ai l'impression qu'on est devant un nouveau cycle", poursuit Johan Van Herck. "On crée une nouvelle équipe, avec beaucoup de talents. Je pense que l'avenir dans l'équipe est plus que beau, avec David, Kimmer, et les joueurs qui étaient ici ,Ruben, Sander, Joran, Zizou et Michael. Je ne peux être que fier de cette équipe". (Belga)